Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

mercredi 30 janvier 2008

Société générale mon amour

L'économie expliquée aux lapins, EPISODE II

Mr X nous parle de Jéjé le maudit




L'action Société Générale chutait, lundi 21 janvier, à la Bourse de Paris. Vers 9h30 (8h30 GMT), le titre perdait 5,66% à 80,51 euros, dans un marché parisien en baisse de 0,89%. Vendredi, l'action avait déjà touché son plus-bas depuis l'été 2005, en clôturant en baisse de 8,24%. "Comme la Société Générale reste la banque la plus exposée (aux subprimes) parmi les banques françaises, c'est elle qui a le plus mal réagi aux déclarations sur les dépréciations", avait déclaré un vendeur d'actions.



Ainsi, certains esprits logiques déduisaient que la Société Générale faisait face à des pertes colossales par faute de s'être embringuée à œillères rabattues dans la spéculation liée aux subprimes...
Que nenni!
La volatilisation de plus de 5 milliards d'euros de bénéfices (donc une perte de plusieurs milliards d'euros pour l'état français à travers l'imposition...) était dû au Docteur Folamour de la finance international, à l'Attila des marchés financiers, au Rantanplan perfide du capitalisme boursier: j'ai nommé l'infâme Jérôme Kerviel...



Ce jeune trader d'une trentaine d'années opérait sur le marché des contrats à terme pour le compte de la Société Générale. Il avait exercé auparavant dans le middle office de cette même banque. Il est ainsi passé du contrôle de l'action des traders (middle office) au trading même.

*A nos lecteurs qui s'étonneraient qu'il ne soit pas nécessaire d'avoir été trader pour devenir contrôleur de trader, je m'empresse de les rassurer : c'est une obligation partout dans le monde... sauf en France.
Chez nous, c'est le contraire. Il est en effet prouvé scientifiquement que quand on sort d'une grande école française (surtout si c'est la même que le patron ou le DRH), on possède la top omniscience maximum, ce "je ne sais quoi" qui fait toute la différence !*




Malheureusement, non content d'être devenu trader ("equity trader", le lumpenproletariat de la profession), Jérôme la grenouille veut devenir le bœuf des traders, celui qu'a les plus grosses couilles les plus gros bénéfices... Et les plus grosses primes (il s'apprêtait à toucher 300 000 euros de bonus pour l'année 2007, pourboire venant compléter son modique salaire de 100 000 euros annuel). Pour cela, il va donc devoir engager plus d'argent que ne lui en accorde la Sogé (sa ligne de crédit) et cela sans que les contrôleurs ne s'en rendent compte.
Heureusement, Jéjé est un génie du mal, il connaît les procédures de contrôle pour avoir contribué à les mettre en place ; plus rusé que James Bond il a même conservé les mots de passe informatiques des dites procédures (que personne n'a songé à changer après son départ...) et va donc pouvoir les neutraliser.




Le métier de Jéjé, c'est d'acheter des contrats à terme à la Bourse de Paris puis de les revendre à la Bourse de Londres, en faisant des plus-values sur la différences des cours. Mais pour gagner plus, Jéjé veut spéculer plus, ce qu'il n'a pas le droit de faire. Il décide donc de ne pas les revendre tout de suite. C'est là que ça dérape... et d'attendre que les cours montent encore afin que la plus value soit majorée. On comprend bien que dans un contexte à la hausse, l'écart entre l'achat et la vente soit plus important si on parie durablement sur certaines valeurs fortement spéculatives (donc à forte variation de cours)au lieu d'effectuer des achats-reventes successifs sur différentes valeurs à risque modérée.
Jérôme n'est pas un gagne-petit, ne l'oublions pas...



Mais pour que personne ne se rende compte que Jéjé n'a pas revendu les valeurs et investi beaucoup plus qu'il n' en a le droit -après avoir neutralisé certaines procédures de contrôle- Jéjé va créer une société fictive cliente de la Sogé.
Ce tour de passe-passe s'effectue sans problème, la Sogé ne vérifiant même pas le k-bis de l'entreprise, contrevenant à toutes les règles concernant notamment la lutte contre le blanchiment d'argent sale. Il est intéressant de rappeler que la Sogé a bâti sa réputation sur la rigueur de son contrôle interne- pas moins de 7 niveaux -obtenant même le risk award 2008 pour son sérieux sur le marché des produits dérivés!
Jéjé n'a plus qu'a simuler des opérations selon lesquelles il aurait revendu, à son avantage, à la société fictive, les dites valeurs spéculatives, qu'il a en réalité conservé pour les revendre plus tard à meilleur prix.
(ça va jusqu'ici ?)



Il simule donc autant de transactions fictives selon lesquelles les contrats achetés à Paris auraient été revendus à cette société sur la place londonienne. Tant et si bien que, jusqu'à la découverte de son petit manège, il était censé avoir rapporté 1.4 milliards d'euros en 2007 à la Sogé, soit près d'un tiers des bénéfices de la banque en 2007- d'où les 300 000 euros de prime...
Pas mal pour un petit trader débutant destiné à effectuer un type d'opérations réputées peu lucratives...



Malheureusement la réalité est autre... Jéjé n'est pas le trader qu'il rêve d'être et ses anticipations ont été carrément catastrophiques. Pour se refaire, Jéjé va donc investir de plus en plus gros sur des valeurs de plus en plus risquées, pour un montant qui va atteindre 50 milliards d 'euros (le PNB du Maroc !).
Jusqu'à la découverte du pot aux roses... Découverte qui aurait eu lieu selon la Sogé le 20 janvier, soit deux jours après que le titre ait commencé à dévisser pour suspicion de pertes liées aux subprimes... coïncidence?

Pourtant l'administrateur de la Société Générale a vendu 85,7 millions d'euros d'actions de la banque le 9 janvier... Par ailleurs, deux fondations auxquelles il est "lié" selon l'AMF, la Robert A. Day Foundation et la Kelly Day Foundation, ont vendu respectivement le 10 janvier pour 8,63 millions d'euros et 959.066 euros d'actions... .

Agissant dans la panique, la banque va alors liquider en trois jours dans un contexte baissier l' ensemble des positions de Jéjé, contribuant elle-même fortement à la baisse.
Résultat des opérations: 5 milliards de pertes pour des positions qui étaient en passe de remonter... soit la quasi totalité des bénéfices prévus de la banque pour 2007. Pas perdus pour tout le monde, puisque ce marché étant équilibré par nature, les banques étrangères lui disent merci...



-------------

Comment se fait-il que personne ne se soit rendu compte de la fraude?

Il faut d'abord souligner que tous les pays européens ont adopté, il y a peu, une norme (IAS 39) qui oblige la banque à justifier régulièrement du caractère non spéculatif de ses placements sur les marchés financiers : mais la France traîne les pieds, sous prétexte qu'une trop grande transparence sur la valeur en temps réel des positions des banques, et donc de l'état financier qui en résulte, les mettraient à la merci de prédateurs opportunistes...



De plus comme nous l'avons expliqué plus haut, ceux qui contrôlent les traders n'ont jamais été traders mais au contraire aspirent à le devenir: ils apprennent le métier!
Pour finir, il faut savoir que la stratégie de la Sogé, depuis plusieurs années, consiste à compenser sa taille modeste, au regard de ses concurrentes, en développant ses activités sur les marchés financiers à haut rendement... Quitte à se risquer dans des placements très aventureux pour éviter de se faire absorber...
Il faut comprendre que les pertes subies par Jéjé au cours de l'année sur les marchés à terme (le marché des produits dérivés) sont évidemment liés à la crise des subprimes, et que le fait de les avoir dissimulées n'a fait qu'en retarder l'annonce.
On s'interrogera d'ailleurs sur la naïveté de dirigeants qui ont cru aux plus values miraculeuses de Jéjé sur un marché qui ne cessait de se casser la gueule...



De mai 2007 au 25 janvier 2008, le titre Société générale aura perdu en bourse un peu plus de 45 % de sa valeur initiale, passant de 160 euros à 74...la mettant plus que jamais à la merci des prédateurs.


--------

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Attention, lapin méchant!