Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

lundi 4 février 2008

Kenya : le jihad qu'on ne nomme pas

Seuls les anglo-saxon semblent s'en être aperçus.

"For years, Kenya has been subjected to creeping Islamisation and jihadi violence by elements within the country’s ten per cent Muslims against the Christian majority. Yet unaccountably there was no mention of this key fact in the media coverage of the post-election violence. Well, fancy!"

Les chrétiens présent sur place aussi :

Les Mungiki : parti extrémiste.

La campagne électorale a pris un nouveau tour avec l'entrée en scène de la secte des Mungiki. Le leader de la secte, Ibrahim Ndura Waruinge, a été arrêté au mois d'août à Nairobi. Cette secte interdite en raison de ses actions violentes s'est transformée en parti politique et ambitionne «de jouer un rôle politique de premier plan», selon son chef spirituel âgé d'une trentaine d'années.
Animés par une foi fanatique et militant pour les «traditions et valeurs africaines», comme l'excision des femmes, les disciples de la secte Mungiki sont devenus des opposants au pouvoir très redoutables.
Les membres de la secte Mungiki seraient les auteurs des tracts distribués au printemps dans le centre du Kenya, qui donnaient un ultimatum de trois mois à toutes les femmes âgées de 13 à 65 ans pour qu'elles se fassent exciser, c'est à dire qu'elles fassent procéder à l'ablation de leur clitoris, sinon elles seraient mutilées de force. Le chef de la secte, Ibrahim Ndura Waruinge, qui s'est converti à l'islam, bénéficie du soutien de certaines milieux islamistes.


Non, non, il ne s'agit pas d'un couteau à huitres, cherchez mieux... Qui a dit un couteau à moules ! Sortez Monsieur !

La secte Mungiki, qui revendique 4 millions d'adhérents, principalement de l'ethnie des Kikuyus, est considérée par les autorités kenyanes comme violente et extrémiste. Les Eglises chrétiennes ont à plusieurs reprises mis en garde contre cette secte dangereuse qui n'aurait en fait que quelques milliers de disciples. En mars, elle a été totalement interdite d'activités, après des troubles meurtriers dans des quartiers pauvres de Nairobi.
Le mouvement interdit a été accusé d'être à l'origine des violences qui ont fait une vingtaine de morts et une trentaine de blessés lors d'un raid de 300 de ses adeptes sur Kariobangi, un quartier de la périphérie de Nairobi. Ses militants se prétendent les héritiers des Mau-Mau, des combattants anticolonialistes qui s'étaient particulièrement fait remarquer lors de la lutte pour l'indépendance du Kenya dans les années 50.
Près d'un millier de militants Mungiki ont menacé de mort plusieurs hommes politiques kenyans lors d'une manifestation de soutien au président Daniel Arap Moi et à son dauphin pour les prochaines présidentielles. Ils ont promis qu'ils s'attaqueront aux candidats rivaux du fils de Jomo Kenyatta lors de l'élection présidentielle «à coups de gourdins, de machettes ou d'autre chose». (...)

http://www.aed-france.org/observatoire/pays.php?id=61&dossier=77


-----------------------------------------
Odinga veut établir la charria dans un pays comptant une majorité de catholiques (plus de 70%), toute ressemblance avec un autre pays ou un autre continent serait purement fortuite.
-----------------------------------------

Quelques liens :
http://www.spectator.co.uk/melanieph...an-jihad.thtml

http://www.hartford-hwp.com/archives/36/index-bfbc.html

http://www.eakenya.org/AAEAKUpdate/RAILA_MUSLIM_MOU.pdf

http://www.lefigaro.fr/international...une-eglise.php

http://www.spectator.co.uk/melaniephillips/433766/the-kenyan-jihad.thtml

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Attention, lapin méchant!