Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

mardi 12 février 2008

"la peste" soit du féminisme

Je voudrais vous faire partager ce moment de bonheur trouvé sur le site d'Isabelle Alonso. Un article fustigeant le "sexisme" de Camus et intitulé : "la peste" soit du sexisme. L'auteuse (trice ?) nous parle donc de La Peste, apparemment un sommet de machosité.


(...)Mon enthousiasme s’est glacé d’un coup dès la page 2. C’est qu’aujourd’hui, je n’ai plus dix-sept ans. Pire. Je suis devenue activement féministe. Ma grille de lecture a profondément changé. Et me voici me posant la question : comment ai-je pu ne pas voir le sexisme outrancier de ce bouquin la première fois que je l’ai lu ?

Oui, hein, comment ?


Et en plus il fume ce salaud !

Dirigeons nous à couilles rabattues vers la conclusion

(...)Je ne sais pas ce qui me choque le plus : le sexisme à la limite de la caricature présent tout au long de l’ouvrage (les femmes sont si non-vivantes qu’elles ne peuvent mourir réellement, fût-ce de la peste, elles ne font que « s’effacer un peu plus que d’habitude »), ou le fait que jamais aucun professeur de français ne m’ait demandé d’étudier ce genre d’œuvre sous cet angle. A l’époque, on m’avait vendu Albert Camus comme un pur génie (un homme engagé, un prix Nobel, pensez donc). Nous avons lu La peste et aucun enseignant n’a jugé utile de mentionner la vision désastreuse des femmes, de la même façon que nous avons lu - dans le cadre d’un travail sur « l’amour passion » - Tristan et Iseult et Les liaisons dangereuses et qu’aucun enseignant n’a jugé utile d’attirer notre attention sur la présence d’une scène de viol dans chacun de ces livres. La preuve que le sexisme n’est pas seulement dans les pages qu’on nous lit, mais également dans les yeux qui nous lisent les pages. Double ration. Quand l’école sert à étudier des textes sexistes de façon sexiste, quelle chance avons-nous que les adolescent-e-s apprennent à respecter les femmes ?


Quand les revendications victimaires atteignent un tel niveau de beauté formelle, quand le politiquement correct veut si intelligemment s'appliquer à l'enseignement des classiques de la littérature française...
Je dis :

_ Mes hommages Madââme... Expurgeons-nous tout de suite les bibliothèques Madâââme ?

Il faut se dépêcher, avec la flambée des cours du pétrole, l'essence va devenir hors de prix... Il va en falloir, des jerricanes de fuel, pour faire cramer tous ces auteurs sexistes(1), ces ouvrages pauvres en lipide féminale.


(1) "Sexiste", terme de la novlangue signifiant : qui a gardé intact l'ensemble de son appareillage reproducteur, testicules incluses, ceci en dépit de l'invention récente du "féminisme" par une poignée de bourgeoises en mâle d'occupation.
ex : Béroul est un auteur sexiste (mais soyez chics, ne lui dites pas, ça lui ferait de la peine)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Attention, lapin méchant!