Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

mercredi 20 février 2008

A propos du Kosovo :


(faites tourner ces liens)

1.Un article à lire absolument, qui explique comment l'OTAN se protège derrière les lois liberticides qui sévissent en France et en Europe, la liberté d'expression qui se réduit en France (affaire Dieudonné notamment) :

(...)Or l’histoire judiciaire est parsemée de verdicts célèbres que l’on a dû renverser après de longues batailles menées pour rétablir la vérité. Mais la loi allemande pourrait considérer comme un délit le fait de contester le Tribunal International pour la Yougoslavie, sponsorisé par les puissances de l’Otan pour contrôler et manipuler le conflit des Balkans, à partir du moment où des Serbes sont officiellement reconnus coupables de « génocide ». Quiconque fait remarquer que la définition de «génocide » utilisée par ce Tribunal a été fabriquée pour des raisons politiques et que ses procedures sont manifestement biaisées, risquerait d’être arrêté.

S’il doit y avoir des limites à la liberté d’expression, elle ne devraient s’appliquer qu’à ce qui a rapport avec des actions. Ainsi, si un leader politique exhorte ses partisans à aller commettre des pogroms, cela peut légitimement être considéré comme un acte criminel. Mais la tendance actuelle élargit la criminalisation du discours bien au–delà de ce type d’incitations, incluant l’expression d’opinions, y compris des opinions sur des faits passés qui, de par leur nature, peuvent être débattus, mais ne peuvent être changés.

En France, la restriction de la liberté d’expression a commencé aussi avec la criminalisation du « mensonge sur Auschwitz ». Et, comme en Allemagne, cela ne semble pas devoir s’arrêter là. L’incitation à la haine raciale ou à la discrimination est illégale en France depuis 1972. En juillet 1990, l’Assemblée Nationale a adopté un amendement qui étend la loi de 1972 aux personnes qui contestent l’existence de crimes contre l’humanité, ainsi que les définit le tribunal de Nuremberg et qui «ont été commis soit par des membres d’une organisation déclarée criminelle, (….) soit par une personne considérée comme coupable par la juridiction française ou internationale ». Le but de cette loi vise clairement la punition des déclarations niant la réalité du génocide nazi contre les juifs. Cependant, la référence non spécifique à « une juridiction internationale » peut avoir ouvert involontairement la porte à la poursuite de personnes contestant les verdicts de tribunaux très différents, par exemple le Tribunal de La Haye, lié à l’Otan.

En 1990, l’amendement, connu sous le nom de « loi Gayssot » a été introduit par un député communiste. Il semble que la gauche française, particulièrement le Parti Communiste, dans son désir compréhensible de préserver l’héritage de la résistance française pendant la deuxième guerre mondiale, n’a pas vu de danger dans la création d’un précédent punissant des discours comme s’il s’agissait d’actes.(...)






2.NON A LA CONSECRATION DE LA TERREUR SECULAIRE ALBANAISE AU KOSOVO ET DE L'AGRESSION
DE L'OTAN CONTRE LA SERBIE !
Par Komnen BECIROVIC :

(...)Le plus incroyable dans cette affaire, c'est que Solana avec les autres coryphées de la dite communauté internationale, ne retienne du conflit multiséculaire serbo-albanais qu'une minime fraction de temps allant de 1987 à 1999, durant laquelle se serait exercée la terreur serbe sur les Albanais, et ignore complètement des siècles de la terreur réelle albanaise sur les Serbes, de persécutions, de massacres, d'exodes, d'albanisation forcée ou de d'oppression la plus noire, rapportés par toutes les sources historiques. Outre les Serbes, les victimes en ont été également les Grecs, les Macédoniens et les Bulgares, puisque les Albanais avec les Bosniaques, par leur conversion massive à l'islam, se sont faits l'instrument de la domination turque sur les chrétiens balkaniques. Et comme tous les convertis, ils ont poussé leur zèle apostats jusqu'à mériter le titre de "meilleurs fils du Sultan".

En fait, tout s'oppose à doter le Kosovo d'aujourd'hui des attributs d'un Etat : aussi bien l'histoire, la géographie, la culture, la morale, la civilisation que la situation actuelle caractérisée par la conduite des affaires de la province par d'anciens criminels de guerre, par la violation totale des droits de l'homme, par l'absence de toute légalité, par le crime organisé et le règne de la mafia adonnée aux trafics en tout genre, par la poursuite de l'effacement des témoignages de la présence serbe, par l'impossibilité absolue pour un quart de million de réfugiés serbes, chassés en 1999 par les Albanais sous l'égide de l'OTAN, de regagner leurs foyers, par la pénétration dans la province de l'islam radical, comme le prouve la construction de nombreuses mosquées wahhabites à la place des églises détruites, par le risque d'un bouleversement balkanique et européen que provoquerait la reconstitution de la Grande Albanie du temps de Hitler et de Mussolini, enfin par l'encouragement qu'un tel acte inconsidéré donnerait aux autres mouvements séparatistes en Europe et dans le monde. Comme on le voit, le Kosovo actuel est en effet un cas unique certes, non pas comme une réussite de la communauté internationale, mais comme son monstrueux avorton. Telle mère, tel enfant !(...)





3.Guerres sans fin - Droit international contre droit du plus fort :


(...)Le Kosovo occupé et gouverné formellement par les Nations-Unies, en réalité par les pays de l'Otan avec quelques auxiliaires subordonnés, est devenu la plaque tournante de trafics de femmes, de drogue et d'armes. Libérés de la police serbe, les milices albanophones font la guerre les unes aux autres. Je ne dirai pas que c'est cela l'objectif américain, mais c'est le type de situation dont ils s'accommodent fort bien un peu partout là où ils cherchent n'importe quel allié contre un régime récalcitrant.



4.Kosovo: en attente de la guerre et en rêvant de diplomatie

(...)Avec la reconnaissance internationale officielle de la culpabilité unilatérale de la Serbie, la réconciliation entre les habitants serbes et albanais est devenue impossible. Les forces de l'OTAN, sous couvert de l'Union européenne, espèrent pouvoir rester pour « garantir la protection des droits humains des minorités. » En termes de sécurité, le Kosovo indépendant sera un satellite de l'OTAN. L'indépendance formelle de la Serbie, qui suit de huit ans l'indépendance de fait n'apportera rien pour améliorer l'état lamentable de l'économie. Un nombre important de jeunes Albanais inemployés espèrent que l'indépendance leur amènera du travail et la prospérité. Mais il est difficile d'imaginer comment un état frontalier d'une Serbie hostile peut se développer mieux que pendant les décennies de fonds d'aide préférentiels yougoslaves qui ont précédé. Certaines ressources extérieures ont même diminué, particulièrement l'aide étrangère, les ONG ont déplacé leur aide ailleurs depuis la création de cet état satellite de l'OTAN. Certains gouvernements européens peuvent aussi décider de renvoyer leurs Albanais réfugiés vers leur patrie maintenant « libérée » et cesser leur soutien financier puisqu'ils savent qu'il s'agit d'un satellite de l'OTAN. Dans ce contexte: seules les organisations de type criminel semblent avoir l'espoir de pouvoir prospérer.



5. LA DÉCLARATION D'UNDÉPENDANCE DU KOSOVO CLARIFIE LA SITUATION POUR LA SERBIE
Le 17 février, les Albanais du Kosovo ont proclamé leur indépendance de la Serbie. Bien que non reconnue par l'ONU, plusieurs pays occidentaux ont reconnu diplomatiquement cette indépendance du régime séparatiste de Pristina.
La moralisante rhétorique de l'OTAN sur la protection des "droits de l'homme" et sur la nécessité de sécuriser une démocratie multiethnique a été prouvée un mensonge. Après neuf années d'occupation onusienne dirigée par l'OTAN, le Kosovo est un territoire pratiquement monoethnique ou règnent corruption et crime organisé.
L'occupation du Kosovo a facilité le nettoyage ethnique et la destruction culturelle de la population non-albanaise. La KFOR et l'UNMIK ont permis aux Albanais de sévir au Kosovo pendant les neuf dernières années. On a laissé les Albanais chasser plus d'un quart de million de Serbes, de Roms et d'autres minorités non-albanaises et les troupes soit-disant gardiennes de la paix de l'OTAN sont restées indifférentes pendant que les Albanais saccageaient des centaines d'églises serbes du Moyen-Age et d'édifices culturels.
Après neuf années d'enquête sur les crimes de guerre serbes, la prétendue persécution des Albanais par Slobodan Milosevic s'est révélée une fiction. Le total d'Albanais morts ou disparus est inférieur à 5.000, la plupart étant des combattants de l'UCK. Le seul autre pays qui est arrivé à mener une campagne contre-insurrectionnelle avec aussi peu de pertes de vies humaines est l'Etat d'Israël, dans son combat contre les terroristes palestiniens.
La déclaration d'indépendance du Kosovo ne change rien. Le statut du Kosovo n'a changé qu'aux yeux des ennemis de la Serbie. La Serbie a toujours la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU affirmant sa souveraineté sur le Kosovo et a toujours le soutien de ses membres permanents, la Chine et la Russie. La légalité internationale est du côté de la Serbie, et tant qu'elle est respectée, le Kosovo est toujours une province serbe en dépit de la déclaration albanaise.
En un certain sens, la déclaration albanaise est un don à la Serbie. On sait maintenant, avec une clarté cristalline, qui sont les amis des Serbes, et qui sont leurs ennemis. Depuis le 5 octobre 2000, la Serbie a un gouvernement qui s'est mis en quatre pour accepter toutes les exigences que lui ont imposées Washington et Bruxelles.
Certains cercles en Serbie croyaient qu'il pouvait exister une amitié et même un partenariat avec l'Occident. Les gens qui sont descendus dans la rue pour renverser Slobodan Milosevic ont cru qu'il était responsable de la politique hostile de l'Occident envers la Serbie. Ils ont cru qu'ils pouvaient gagner les faveurs de l'Occident en remettant le pouvoir à Belgrade à un gouvernement pro-occidental. Le temps de ce genre de naïveté est maintenant terminé.
Le tableau est on ne peut plus clair. Le 3 février, le candidat pro-occidental Boris Tadic a été élu président et, à peine deux semaines plus tard, les capitales occidentales se bousculent pour violer la légalité internationale et reconnaître le régime séparatiste de Pristina qui, incidemment, est dirigé par les mêmes terroristes albanais qui ont attaqué la Serbie et commencé la guerre en 1998-99.
Qu'ont réussi à obtenir en huit ans Djindjic, Tadic et Kostunica à la recherche de la faveur de l'Occident ? Zéro. L'Occident est aussi hostile à la Serbie qu'il l'était quand Milosevic était au pouvoir. La question de savoir si l'avenir de la Serbie est dans l'Union européenne et en Occident, ou avec la Russie et l'Est est résolue. L'avenir de la Serbie est avec la Russie parce que l'amitié avec l'Occident est impossible.
L'Occident a bombardé la Serbie sous des prétextes mensongers et maintenant il encourage ouvertement le vol de son territoire. L'Occident n'a aucune intention amicale en ce qui concerne la Serbie quel que soit le penchant pro-occidental du gouvernement. Par la reconnaissance diplomatique des séparatistes albanais de Pristina, l'Occident a détruit la crédibilité des politiciens et ONG serbes qui ont passé les huit dernières années à recommander "l'intégration euro-atlantique", "la coopération avec le tribunal de La Haye" et l'entrée dans l'Union européenne.
Aujourd'hui la Serbie peut voir où sont les traîtres et la cinquième colonne. Il ne s'agit plus de savoir si le Parti radical serbe prendra le pouvoir en Serbie, mais quand il le prendra. Le bandeau qui aveuglait les gens est tombé. Les intentions de l'Occident en ce qui concerne la Serbie sont désormais évidentes pour tout le monde.
Andy WILCOXSON.
http://www.b-i-infos.com/a_votre_avis.php

-----------------

Association Solidarité Kosovo : http://www.solidarite-kosovo.com/

Pétitions : http://www.thepetitionsite.com/petition/905791187


-----------------

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Attention, lapin méchant!