Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

samedi 8 mars 2008

De la poésie du jazz et un peu de Hip & hop



Par Rocé.
Comme quoi, le hip & hop peu parfois arriver à s'extraire de sa crasse victimaire, sa niaiserie gangster et sa haine communautaire.
Une des chansons les mieux écrites que j'ai pu entendre en ces temps de "crise du disque".

9 commentaires:

  1. Incroyable!même les nazi écoutent du rap.Comme quoi,y'a du bon même dans la merde d'un porc.

    RépondreSupprimer
  2. Un commentaire qui a le mérite de montrer ce qui se passe dans la tête de certains et où se situe la brutalité et la veulerie.

    RépondreSupprimer
  3. Rocé c'est le type même de rap vaguement engagé que je déteste, surtout quand, comme c'est ici le cas, c'est musicalement assez léger, un peu jazzy très emmerdant... Et j'adore le rap - et Céline, et Bach...
    Ce n'est que mon avis, certains fans de hip hop aiment ce genre de pensée, euh, consciente (quitte à s'emmerder, autant apprendre des trucs), et je comprends qu'on puisse à priori être plus porté à s'interresser à Rocé, que disons, Sefyu. Mais sincèrement, sans tomber dans l'apologie, il y a tellement mieux, tellement plus "interressant", et ce même dans le rap français (par opposition au rap américain, le hip hop quoi...)

    Alors si, entre la lecture du dernier Zemmour et les séances dailymotion sur l'insécurité et les jeunes de cités (qui semblent vous passionner), vous avez un moment...

    RépondreSupprimer
  4. J'entends souvent ce genre de laïus... ton très lénifiant et donneur de leçons mais jamais les auteurs ne se risquent à donner des noms d'artistes et des titres !!!

    Mais lâche toi ; dis moi donc ce que je dois écouter en Hip & Hop

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    je vois bien ce que tu veux dire, et de par ma réponse un peu 'hautaine et donneuse de leçons' ("j'ai la Vérité que toi tu n'as pas et je la garde pour moi"), je pouvais m'y attendre ; et puisque je sais bien que tu es loin d'être un imbécile totalement formaté par je ne sais quelle idéologie (pas un nazi, enfin je crois, non?), je ne m'étonne pas que tu t'intéresses à des choses qui te sont à première vue étrangères, et que tu serais facilement enclin à detester (sans rien y comprendre), comme ici le rap. Et c'est tout à ton honneur...
    Pardonne moi si le ton est encore quelque peu moralisateur ; la fautes aux trop grands écarts d'opinion, que ne laissent difficilement le choix qu'entre haine et parternalisme (c'est bien bête).

    Il y a tout de même une raison au fait de ne pas établir à la légère des listes d'artistes, des tops en musique, etc. Ce sont des choses qui nous tiennent à coeur. Et tout simplement, on a pas necessairement envie de partager ses gôuts et ses préférences avec le premier inconnu, a fortiori avec un inconnu nazi (je plaisante).
    D'autre part, comme chacun le sait, musique et milieu social, et modèle culturel, et génération (comme jadis les Who), sont profondément liés. Pour de nombreuses raisons que je ne connais pas, c'est peut-être normal que tu n'aimes pas le rap. Que tu ne puisses pas aimer le rap.
    Et que beaucoup de gens (les vieux, les bourgeois, comme ils disent) n'aiment pas le rap. Et qu'ils ne doivent pas l'aimer. Pas fait pour... Et au fond, non seulement je m'en tape que les gens (des gens encore aujourd'hui, plus encore aujourd'hui) n'aiment pas le rap, mais j'en suis par certains côtés content.
    Je trouverais moi même ridicule, par exemple, de te conseiller d'écouter Lunatic, le groupe d'origine du désormais célèbre garde-la-pêche Booba. Pourtant c'est génial. Le véritable testament d'une époque et d'un lieu: grandir en banlieue française dans les années 90. Les instrumentaux sont sombres, ténébreux au possible, les voix, leur flows, se démarquaient de tout, et les textes sont ni plus ni moins une apologie (pour le coup) de la rue, mais une vision hyper romancée, une romance noire, de la rue. Une projection du fantasme des cités, en brut ; "le crime paie"...

    "Une grosse capuche recouvre ma tête grillée
    Pour 2 ou 3 billets le chrome je fais briller..."

    Bref, il faut avoir grandit avec ça (j'imagine que cette phrase t'effraie assez - mais je ne parle pas moi de modèle de vie, même si c'est au fond tout le problème, n'avoir que ça pour référence...) pour "comprendre". Je crois. Aussi, j'éviterai l'argument facile et infondé de "tout cela est de l'art" (ça c'est une autre histoire); et mettant l'art de côté, et par la même occasion, les critères du beau et tout le reste, je peux redire, en conclusion, que tout cela est simplement Relatif.
    Je ne vais pas condamner le rap et la banlieue, quand moi, j'ai écouté et j'écoute du rap, et que j'ai grandi en banlieue, logique. Pareil, après, sur les immigrés, la religion... mais laissons tout cela (je te laisse tout cela), pour de brèves listes d'"artistes" que je pourrais te conseiller.

    En rap français, en dehors de NTM, IAM et Mc Solaar (que je trouve tous les trois géniaux), je conseillerais avant tout, à n'importe qui, Oxmo Puccino, qui est pour beaucoup le meilleur rappeur français - quand le terme meilleur rappeur (voir le terme rap) voulait encore dire quelque chose (soit, pour moi, jusqu'à 2001, en gros). Il est très largement au dessus du reste. Et au fond la comparaison est ridicule. Il est bien à part. Et c'est bien un rappeur, un vrai, qui vient d'une cité (via le Mali où il a passé son enfance, mais dis donc!) et tout le truc. En 2006 il a sorti un album sur Blue Note avec un groupe de musiciens, "Lipopette Bar", qui raconte l'histoire d'une chanteuse disparue et de quelques truants. Il a écrit certains des plus beau textes que je connaisse (l'enfant seul, demain peut-être, et d'autres bien plus beaux), il a une très grande voix reconaissable entre mille, une prestance folle, et des gens pleurent de joie à ses concerts (presque).
    Sinon, je te conseille comme ça: Kohndo, Disiz La Peste, "Première consultation" de Doc Gyneco, "Prose Combat" de Solaar, le Klub des Loosers: "Vive la vie", le Klub des 7...

    En rap us c'est beaucoup plus large, et beaucoup mieux, mais encore, même problème de références culturelles, et donc des différences fondamentales de goûts (culture de classe, de jeune...). NWA c'est génial. Public Enemy encore plus. Mais je ne pense pas que tu puisses aimer, je me l'imagine mal (peut-être bête de ma part) - pour être un peu méchant, je m'imagine mal comment tu peux vivre, comment tu peux supporter cette société qui ne te convient pas et de moins en moins (j'exagère, tu peux toujours écouter Bach et lire Tom Wolfe, et Zemmour)...
    Beastie Boys c'est cool. Aussi De la Soul, Gang Starr, Lord Finesse, Nas, Jay Z, Notorious Big ("Ready to Die"), Wu Tang ("Enter the Wu-Tang 36 Chambers")... pour New York.
    Les premiers Dr Dre et Snoop Dogg ("Doggystyle", "The Chronic"), 2pac ("All Eyes On Me"), Ice Cube... pour la version californienne du rap du début des années 90, souvent appelé g-funk, pour gangsta funk, (dans la droite lignée du Parliament-Funkadelic).
    Peut-être plus "approprié" (plus soul, plus cool): Pete Rock, Madlib, Jay Dee, aujourd'hui Kanye West, Lupe Fiasco...
    Je sens bien encore l'inutilité de cette liste, l'absurdité de balancer ainsi, tout fièrement, des longues listes de références... J'espère tout de même que ce message ne sera pas, pour une raison ou une autre, totalement peine perdue...

    Amicalement

    RépondreSupprimer
  6. Bon, premièrement, je connais très bien le rap français, parce qu'à force d'entendre des gens comme toi me dire que c'était "génial" (hihi.. bref, passons...) et que vraiment mes connaissances étaient trop sommaires j'ai cherché par moi même sans attendre ta playlist.

    Quel désert... Jamais, oh grand jamais une "oeuvre" ou même un album entièrement bon.

    Je connais parfaitement les noms que tu m'as cité, j'aurais la charité de ne pas sortir les textes... Ni de faire des citations. Ensuite J'AI grandi avec ça dans les oreilles du soir au matin, je n'ai pas 50 ans et j'habite en banlieue parisienne...

    Tu vois dès le début on entendait du rap partout, NTM avait ses clips en boucle sur M6... Que je me souvienne, les groupes de métal n'ont jamais eu cette chance enfin bref, passons...

    Je ne crois pas à LA banlieue, surtout pas à celle du rap... C'est une invention de parigots, qui voient dans la racaille en train de foutre son rap à fond dans le RER l'incarnation de la banlieue...

    Toi même tu es vraiemnt enthousiaste pour... 4 personnes ? 6 ? (d'ailleurs ce n'est guère orthodoxe d'associer NTM IAM et M6 solaar...)

    Je connais Oxmo Pucino que je trouve très surestimé. Je n'enlève pas une virgule à ce que je dis toujours concernant le rap. L'ego trip, le fric, l'absence totale de révolte contre la loi du dealer (du marché), l'envie de consommer, de piquer le fric des petits bourgeois et de foutre les pauvres dans la merde avec un message dealer/violent a contaminé 90% de la production.

    Le reste est souvent très petit, aucun souffle, aucune élévation, au ras du bitume... Excessivement peu universel et rarement mais rarement d'un bon niveau d'écriture poétique.

    Ensuite, certains rappeurs de mon coin (94) font clairement ça pour blanchir de l'oseille, alors les poètes de la rue... Je me marre.

    Fred Chichin parlait très bien des rappeurs, il les connaissait lui..

    Ce que je retiens de ta longue diatribe... je voudrais pas être méchant hein... c'est que t'es comme un poisson dans l'eau au milieu de cette culture prémachée, tu te dis que t'appartiens aux gens "hypes" et que ça serait même sympa de faire découvrir ta "culture" à un réac dans mon genre...
    Tel un ado, tu penses qu'on est ce qu'on écoute...
    C'est mignon, je suis plutôt du genre à tout écouter.

    Je me demande également si tu ne surestimerais pas un peu cette sous-culture qu'on nous vend partout et qui te mets tellement à l'aise... car franchement.. tu penses l'avoir choisie, ce goût du rap ? Une oreille, ça s'habitue à tout...

    Donc ne te méprends pas, ma colère n'est pas celle d'un ignorant, j'ai des raisons précises et circonstanciées qui font que je juge 98% du rap français comme la plus grande escroquerie idéologique et musicale de ces vingt dernières années. Pour trouver pire dans le genre vendus il faudrait remonter à mai 68...

    RépondreSupprimer
  7. Pour faire bref,
    je dirais que je suis bêtement rentré dans mon propre jeu, prêcher naïvement une supposée culture jeune (ça vient des banlieues mais c'est pour tous...) à un supposé réac bourré de préjugés, qui bien sûr ne connait rien à tout ça. C'était, et je m'en rend compte là, ridicule et vraiment enfantin.
    Je n'idéalise ni le rap, ni les banlieues, et je ne suis pas un parigot branché fantasmant sur la culture de cités, le rap dans le RER, le deal pour s'en sortir, etc. Enfin, pas foncièrement. Ce que j'idéalise, c'est une enfance, un début d'adolescence ou j'écoutais, ou pour moi tout le monde écoutait du rap. C'est 113 dans les booms au collège. Lunatic dans la cours de récré. Ce genre de trucs, un peu ridicule si tu veux, qu'on ne choisit bien sûr pas. C'est en gros comme clamer aujourd'hui son amour pour DBZ ou Tekken 3, ou se remémorer entre amis le Club Dorothée... va convaincre un jeune d'aujourd'hui que le Club Dorothée c'était cool. C'est un peu ça, je crois, le rap français. C'est pas toujours terrible mais c'est quand même sympa, c'est cool, pour "nous". Je n'y peux rien. Oui c'est peut-être une sous-culture, la dérive malsaine d'un courant musical... Je ne souhaite pas m'attarder sur tout ce qui ne va pas avec le rap français (le bling bling ultra liberal du rap us étant je crois autre chose), je sais bien que c'est en grosse partie devenu de la merde insipide, et qui, enfermée sur elle même, ne fait que se copier et se parodier, ressassant sans cesse les mêmes trucs, ce qui aboutit souvent à cette grande surenchère de conneries (à prendre pour modèle des copies de copies de modèles déjà pas terribles). Il y a certaines choses que je trouve en toute franchise sublimes, et artistiquement très bon : Oxmo Puccino, les premiers disques de Solaar, de NTM, IAM - que je fais exprès d'associer, pour donner comme une consistance au mouvement, un semblant d'unité entre les bons et méchants (genre, la banlieue c'est tout ça!).
    Du reste, je n'écoute pas beaucoup de rap français. J'écoute de la musique... Je ne fais pas semblant.

    Le hip-hop, je n'y reviendrai pas, c'est réellement génial. Il y a de vrais bon albums, de vrais "chef-d'oeuvres". Comme dans la pop, le rock, ou ce que tu veux. Il y a des grandes chansons, de grandes oeuvres entièrement bonnes.
    Ce n'est qu'un sous-courant de la "musique populaire", une part de la musique pop en somme.
    Alors oui, peut-être, sûrement, que ça ne vaut pas, pour pleins de raisons, la pop avec des vrais compositeurs qui font pour de vrai des chansons, avec une vraie construction harmonique, etc. Le hip-hop n'a en fait jamais prétendu remplacer la musique (les rappeurs ne prétendaient pas remplacer, ni même jouer dans la même cours, que Miles Davis ou la Motown...). Sans m'étendre sur le sujet : c'était juste quelque chose de nouveau, et qui comme chaque chose, est rapidement retombée, pour tourner un peu en rond, puis devenir quelque chose de différent.

    Je connais sinon le discours de Fred Chichin sur le rap, et je le comprends parfaitement, mais bien entendu, pour ces non-raisons que j'ai essayé d'exposer, je ne le partage pas.
    Je ne crois pas à cette escroquerie, pas plus qu'à cette idéologie du rap français. Ce n'est pas quelque chose auquel je pense. Et je ne vois pas le rapport avec mai 68.

    RépondreSupprimer
  8. Tu as la nostalgie des débuts du rap, mais franchement, je m'en souviens et les mecs se cherchaient, pas facile d'imiter des gangster noir américains du ghetto dans un pays qui n'a pas d'histoire ségrégationniste, où les armes sont sous clefs et où le crack n'était pas même encore arrivé...
    Ca smurfait ça jouait son zulu-boy etc.. Ca souriait encore dans les clip!

    D'ailleurs je remarque que les vieux rappeurs sont restés un peu marrants, regarde IAM, ça en devient gênant, ils régressent, font des clips de kids, s'habillent comme des gosses etc..

    Ce que j'ai constaté c'est qu'à notre époque, quand l'idéologie darwinienne du fric est ultra présente, elle ne veut pas dire son nom, que ça soit dans le rap ou les écoles de commerce...

    Parce que la plupart des rappeurs actuels sont avant tout des vendeurs.
    Ils connaissent toutes les méthodes de marketing viral, street marketing, veille internet, buzz etc..
    Ils sont vraiment à la pointe, on les cite en exemple.
    L'apologie du deal... Du commerce offshore hihi...
    La morale du dealer c'est la même que celle de la plupart des rapaces des multinationales, faire des bénéfices sans éthique, les rappeurs ne dérangent personne d'important sur la planète, ils modèlent juste des ados qui feront chier le monde en se prenant pour des caïds ou au pire en allant en tole après avoir joué au gangsta.

    Et oui, je vais jusqu'à les accuser d'être en partie responsable des nouvelles attitudes (et je dis bien attitudes) adoptées par une partie des faux caïds qui n'ont jamais été aussi nombreux, le moindre petit guignol se prend pour une terreur.
    Quand t'es ado la musique c'est tout, tes idoles se sont tes modèles, ça a toujours été comme ça, tu es grégaire, tu t'habilles comme dans les clips et tu te conduis comme ton modèle.

    Le modèle : l'embrouilleur débile... Le mec qui t'assommes avec ses potes qd tu lui marches sur les pieds...
    Le méchant bandit, pas robin des bois mais Scarface (ils devraient revoir le film...)

    Quel est leur propos et leur idéologie ?
    Le FRIC, l'individualisme.
    Les textes torchés à la va vite qui riment à peine, aspiration à être un bon produit hardcore.
    Des vers de mirlitons au kilomètre... Du plus bel effet comique mais comme ce n'est pas le but...

    Bref, une sous-culture pas respectable, autant j'en apprécie bcp de sous-culture, autant celle-ci m'agace.

    RépondreSupprimer
  9. En conclusion, le dernier Booba, que je trouve assez sympa, dans le genre son pour ta voiture...

    http://www.dailymotion.com/video/x5hgmg_news-clip-booba-b2oba-exclu_music

    "NTM Solaar Iam c'est de l'antiquité..."

    À la pointe !

    RépondreSupprimer

Attention, lapin méchant!