Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

samedi 19 avril 2008

La négritude au bout du ballon

Lilian Thuram sur Aimé Césaire : ‘’c’était un peu mon guide’’

Il lui a appris à tacler en alexandrin ou à dribbler en prose poétique, à la paire de lunettes pensantes?





Mon dos exploitera victorieusement la chalasie des
fibres.
Je pavoiserai de reconnaissance mon obséquiosité
naturelle
Aurait ajouté Lilian, citant de mémoire ces quelques vers prophétiques d'Aimé Césaire.

Le poète, en rendant au défenseur de l'équipe de France ce discret hommage dans son "Cahier d'un retour au pays natal", montrait à quel point il se plaisait à déconner... Et ce n'est pas si courant chez les normaliens.

4 commentaires:

  1. Je réfléchi.

    Césaire a mis en avant la négritude comme une identité a part entière et presque comme un projet sociétal et politique.

    Imaginons un instant que des intellectuels mettent en exergue "La blanchitude" comme une identité, un projet de société. Tout le monde crirait au racisme, au faschisme, à l'extremisme, à l'intolérance etc...

    Or tout les merdias et les politiciens crasseux amoraux s'empressent de rendre des hommages nationaux a cette raclure de Césaire, qui si il fut blanc eut été soumis a la vindicte publique.

    A quand des funérailles nationales à Guillaume Faye et consors ?

    Cette société me dégoute! Pas celle du bon peuple ! Celle des "élites" qui courbent l'échinent face à la médiocrité.

    RépondreSupprimer
  2. La négritude est une escroquerie de normaliens à peau noir hautement occidentaux qui se fantasment une Afrique poétique.

    Les poèmes de Senghor sont absolument ridicules, de mémoire je me souvient qu'il parle de peau tendue comme une calebasse, un peu comme si un un breton se mettait à comparer le cul de sa femme au galbe de son biniou pour exalter sa "bretonitude".
    C'est un exotisme au rabais pour littéreux germanopratins.
    Césaire est un bon styliste, mais le fond est atroce.

    RépondreSupprimer
  3. j'ai retrouvé, il s'agissait des tamtam

    RépondreSupprimer
  4. ça aurait été dommage de ne pas citer le philosophe des pelouses

    RépondreSupprimer

Attention, lapin méchant!