Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

samedi 5 juillet 2008

La société théosophique

Un article qui a attiré toute mon attention...

http://chezleboreen.over-blog.com/article-21001562.html Part I
http://chezleboreen.over-blog.com/article-21001604.html Part II



D'autant mieux que je suis sorti avec une imbécile qui un jour m'a annoncé sa conversion à la théosophie. Me montrant le bouquin de Blavatsky comme un garde rouge brandirait son petit livre ou un moudjahidine son Coran...

Je me suis enfui en courant dans la nuit.

4 commentaires:

  1. Ça tombe bien, car j'en aurais des choses à dire sur certains courants ésotériques. Adolescent, vers 15 ou 16 ans, je me suis intéressé à quelques théories et j'y avais gagné, au bout d'un temps d'incubation, un bon gros système de pensée irrationnel et incohérent. Attention, je ne fustige pas l'ensemble de l'ésotérisme. C'est un monde où existent autant d'escrocs que d'étoiles dans la Voie lactée.
    J'avais l'intention de rédiger un article « On the CGB » sur la véritable histoire et la naissance du rosicrucisme où comment un étudiant en théologie protestante, âgé de 19 ans, créa un canular au XVII° siècle qui deviendrait un courant ésotérique qui ira jusqu'à influencé la franc-maçonnerie et trouvé du crédit auprès d'un esprit aussi cartésien que Descartes, puis Leibitz et Goethe.

    RépondreSupprimer
  2. Je pense que ça doit être passionnant, ne serait-ce qu'historiqument et même littérairement. On se rend vite compte que la plupart des textes du moyen-âge et du XVI ème sont absolument truffés de références ésotériques. Pourtant, ça demande un tel investissement... J'avais commencé à lire deux trois choses sur l'alchimie... J'ai renoncé devant l'ampleur de ce qu'il faut ingurgiter pour commencer à s'y retrouver et surtout, ça ne m'accrochait pas.

    RépondreSupprimer
  3. Déjà, il faut avoir une bonne vision de ce qu'étaient les « alchimistes ». C'est-à-dire les précurseurs de la chimie et de la pharmacopée pour les travaux pratiques ainsi que les scientistes de leur époque. Le véritable ésotérisme est une philosophie métaphysique enrobée d'un voile de mystère hermétique et irrationnel dont seuls des initiés avaient les clefs pour le décrypter. Il faut comprendre qu'au moyen âge et à la renaissance, ces sciences et philosophies étaient interdites par l'église et tu risquais de finir comme Giordano Bruno, brulé vif, ou Galilée, obligé d'abjurer et assigné à résidence.

    RépondreSupprimer
  4. Tout à fait, les pratiques, les techniques étaient à la fois d'ordre physiques, matérielles et spirituelles et décrites non pas comme des recettes de cuisines, mais cachées dans le texte alchimique.
    Ce procédé a contaminé la littérature (vs le décameron etc..)

    Ensuite, d'après ce dont je me souviens, le but était d'acquérir l'immortalité, de transcender sa condition en tout cas (d'où la métaphore pas si métaphorique du plomb qui se change en or -or potable= élixir de vie etc..).

    Bref... On s'enlise très vite.

    RépondreSupprimer

Attention, lapin méchant!