Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

mardi 16 septembre 2008

Euro-décadanse

"Une ode jubilatoire à tous les plaisirs du corps" : cette phrase a réellement été prononcée par la présentatrice d'Arte, sérieuse comme une papesse, pour introduire ce "ballet".
La musique du machin, que vous entendez au début, était censée être un "remix des Variations Goldberg"...
Heureusement que j'en avais une autre sous le coude, bien plus indiquée pour illustrer cette grandiose allégorie jubilatoire.



Ne pas louper THE critique from TELETARAMA: http://television.telerama.fr/tele/emission.php?onglet=critique&id=10282372

(...)La chorégraphe canadienne Marie Chouinard aime les prothèses et sait merveilleusement les utiliser. Après les cornes, les griffes et les sexes démesurés de ses versions du Prélude à l'après-midi d'un faune, de Debussy, et du Sacre du Printemps, de Stravinski, la voilà au rayon orthopédique de sa pharmacie pour harnacher ses danseurs de mille et une béquilles de toutes les longueurs. Fixés sur le front, dans le dos et même sur le ventre, les tubes en métal font la beauté plastique paradoxale de sa pièce Body Remix/Les Variations Goldberg, sur la musique de Bach.

A première vue, l'exercice d'appareillage des dix interprètes - apparaissent aussi un déambulateur et une canne montée sur roulettes... - pourrait vite se réduire à une lubie accrocheuse mais peu productive. Surprise ! Marie Chouinard, qui réalise par ailleurs le film, nous tient en haleine pendant tout le spectacle avec son corps de ballet mutant. Non seulement elle sculpte une nouvelle anatomie pour une gestuelle savamment disloquée mais elle jongle aussi avec les ambivalences. Douleur et handicap d'un côté, mais jouissance et érotisation de l'autre. Les greffes chair et métal donnent lieu à des accouplements qui stimulent curieusement l'imagination. Les Variations Goldberg de Bach interprétées par Glenn Gould sont triturées par le musicien Louis Dufort au diapason de ces torsions corporelles, qui finissent par nous sembler, dans leur artifice même, d'une somptueuse évidence.

Rosita Boisseau

1 commentaire:

  1. "En tout cas, les pépés sont super baisables" - D. Cronenberg

    Kalle

    RépondreSupprimer

Attention, lapin méchant!