Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

lundi 31 mars 2008

Je découvre, émerveillé, l'univers du foot :

Trouvé sur FDS




Le niveau monte!

Lire la suite...

Ceci est un message de la prévention routière

Jeune, n'imite pas ce que tu vois sur cette vidéo, il s'agit d'un cascadeur professionnel, toi, tu dois mettre un casque, surtout pour tes sessions de stunt nocturnes en villes belles.


Lire la suite...

Max Mossley: photos inédites

Libé, affluent du caniveau britannique se contente d'en parler, mais ici on a les images:



Lire la suite...

"Science" afrocentrée

"Sans utiliser de télescope les Dogons au Mali étaient, et sont toujours, les meilleurs astronomeurs au monde"

Aphorisme surréaliste trouvé sur ce site, à consulter sans modération, on notera aussi l'excellent

"Ces ancients empires et civilisations éxperimentaient déja la science et la téchnologie. Leurs sciences et technologies étaient si avancées que des hiéroglyphes dans les pyramides, et les légendes des societés indigènes partout dans le monde racontent que des machines volantes étaient utilisés par ces civilisations."

Lire la suite...

Je sauverai Gandrange avait-il dit..;

Je veux être le Président qui fera vivre un nouveau rêve français grâce auquel chaque Français ne regardera plus l'avenir comme une menace mais comme une promesse.

Signé : le nain désirable



Faites-lui confiaaance





Mittal ça sur l'oreille

Lire la suite...

Jean Nouvel, lauréat du prestigieux prix Pritzker

Ecoutons Alain Paucard lui rendre hommage.
La sonate de Kuistrzer.

Lire la suite...

dimanche 30 mars 2008

Criying R. Ménart

Un être sensible face à deux monstres aux cœurs de pierre....
Sonnez violons! Apparaissez mouchoirs!






Lire la suite...

J'avale pas la caution


(..)A l'approche de la quarantaine, ce responsable de communication propose de partager son studio de 50 m² dans un quartier chic de Paris. Prix à payer: «un rapprochement physique par jour». Il trouve cela «ludique» et n'y voit aucun problème moral. «J'ai des copines qui vont et qui viennent, je ne suis pas un cas social. Mais les Parisiennes sont névrosées et casse-bonbons!», se justifie-t-il.

En général, celles qui répondent sont poussées par la détresse: «A 23 ans, j'étais au chômage et je cherchais un studio. Comme je ne pouvais même pas avancer la caution, le propriétaire m'a fait comprendre que je pouvais avoir ce studio contre arrangement», témoigne une jeune femme contactée par e-mail. Une mère célibataire de deux enfants, sans logement, s'est-elle aussi décidée à répondre à ces annonces. «Par trois fois, des propriétaires m'ont demandé de coucher après m'avoir fait visiter un appartement, mais ensuite ils ne me rappelaient pas.»

------------------

Ca doit vraiment être un mauvais coup...


Lire la suite...

Tiens, les cons volent bas, il va pleuvoir

Fais commeuuu l'oiseauuu ...

Lire la suite...

Panpan-JO

Ce logo va rudement bien avec celui de CacaCola!


Fallait que je mette ça en Gif, mais ceci dit, je m'en fous un peu beaucoup des JO, parlons plutôt du Kosovo.
Y'a tout un thème à ce propos, sur le coté, en haut, par là --->

Lire la suite...

samedi 29 mars 2008

Les bons conseils matrimoniaux et artistiques de Mr Manatane




Mr_manatane_709
envoyé par Musashi_67

Merci Maître.

Lire la suite...

Guy Bobos "résiste" toujours

Avec la qualité d'argumentation qu'on lui connaît.


Lire la suite...

vendredi 28 mars 2008

Interristing isn't it ?

A votre avis quel est le surnom de Jean-Luc méchantcon Mélenchon au PS ?

Il devrait le prendre bien, venant d'une telle bande de bras cassés.



EDIT : houps, il en a un autre, c'était pas le bon le mien, un indice ?

Lire la suite...

Lilian Thuram ne serait pas un grand africaniste?

Ca, je ne puis le croire! Encore un coup des racistes pour sûr!




Lire la suite...

Il paraît que c'est important



Je n'en suis pas si sûr... Ça pourrait devenir important une fois diffusé à la télévision, sur TF1 à 20 heures, mais sur le net... Il faut vraiment le vouloir pour ne pas être au courant de la compilation des joyeusetés obscurantistes du "saint" Coran.
Tout le monde devrait avoir lu ces encouragements à la barbarie, porteurs de la soif de conquête infinie d'un chef de guerre.
Je ne m'attarderai pas sur le clip qui comporte quelques graves imprécisions. Raccourcis, manipulation et erreurs qui ne manqueront pas de jouer contre lui... On attendait un boulot plus scientifique, moins amateur, pourtant la littérature sérieuse sur le sujet ne manque pas... Enfin...
Par amour de la liberté d'expression, si ça peut faire plaisir et peut être même énerver un barbu en goguette, ça sera toujours ça de fait...

Quant à moi, je pense que l'islam d'Europe n'a qu'un avenir possible si elle veut éviter les coups de pieds au cul: c'est la réforme.
Seulement, ce n'est pas avec l'arrivée massive d'immigrés musulmans quasi illettrés en provenance du "bled", la construction de mosquées, qui jurent dans le paysage européen comme une pyramide au Groënland, et le renoncement aux anciennes exigences d'assimilation qu'on arrivera à un islam réformé.
Pourtant ça serait intéressant un islam qui réforme son Coran, inverse la tendance... Flux d'imams réformistes, à la barbe bien peignée... Ils partent d'Europe, entament des luttes d'influence contre d'autres barbus, bien hirsutes ceux-là.. Rallient les masses... Réensemencent le monde musulman d'un peu de tempérance et d'intelligence - je ne rêve ni de conversion, ni de massacre, juste d'Histoire avec un grand H - Byzance avait bien commencé à civiliser les arabo-musulmans...

Geerty oublie d'ailleurs de dire que se sont nos politiques, succombant à des idéologies mortifères, qui ont signé et continuent de signer des blancs-seings à l'islam...
Je ne les crois même pas suffisamment intelligents pour comploter, se sont juste des décadents clientélistes qui ont oublié les anciennes vertus du politique dont la violence d'état n'était pas des moindres.
Comme toujours, c'est la mentalité délétère du "tout les droits aucun devoirs" qui a primée chez les dogmatiques de la tolérance: "la différence c'est la richesse, rien de plus beau, de plus merveilleux..."
Mentalité de touristes oui!
Ils l'ont oubliée, ces belles âmes, la bonne vieille réalité...
Souvenons nous de ce que fut pour nous la période mérovingienne juste après la chute de l'empire romain. Il y a des cultures laides à faire frémir, stupides, violentes et criminelles. Elles ne me dérangent pas, tant qu'elle restent là où elles sont. A "l'abri" de la civilisation... Autant que la civilisation est à l'abri d'elles.
C'est le moment, partout en Europe, les deux pieds solidement plantés dans nos champs de patates, qui furent avant nous des champs de bataille, de dire que tout ne se vaut pas.

De dire, avec l'autorité conférée par notre héritage, qu'il ne faut plus être terrorisé par les GENTILS qui nous expliquent que notre civilisation ne vaut pas tripette, que nous sommes ontologiquement MECHANTS et que les "zotres", nos malheureuses victimes, auraient tout à nous apprendre, héritiers qu'ils seraient de merveilleuses sagesses, religions ou philosophies... Tellement supérieures...
Orientales, africaines, jamaïquaines, inuits, indiennes, aborigènes, vaudous etc..
Au choix:
tout sauf la nôtre.
Voilà comment on encourage les "malheureuses victimes" à se transformer en bienheureux bourreaux.

Aux politiques de porter haut et fort nos valeurs au lieu de se soumettre et de se faire mener en bateau.
Seulement pour ça il va falloir renouer avec la violence légitime, et fissa, avant que ne se déchaîne la vraie violence.

Ce que je suis le dernier à souhaiter.


Lire la suite...

jeudi 27 mars 2008

Petit à petit, la censure fait son nid

Injure "en raison d'un handicap"

Le 26 septembre 2006, lors d'un sketch de l'émission On a tout essayé sur France 2,animée par Laurent Ruquier et consacrée à la Star Academy, l'humoriste avait désigné le gagnant de la Star Academy 2004 du nom de la maladie dont il souffrait. "
Y en a eu des gagnants (à la Star Academy, ndlr): Jenifer, Nolwenn, Elodie Fréger, mucoviscidose et l'amicale Magali !", avait déclaré Frédéric Martin, durant l'émission.
http://tf1.lci.fr/infos/people/0,,3798999,00-frederic-martin-condamne-pour-injure-envers-gregory-lemarchal-.html


----------------
La judiciarisation de la société devient vraiment pénible.

Lire la suite...

La môme cache-cache

Lire la suite...

Les fourches caudines du "slam"

Qui sera la prochaine victime?

On pense à Johnny... Johnny a toujours suivit toutes les modes, ça serait bien le diable si il ne se mettait pas un jour ou l'autre à "slamer" une quelconque pub afflelou ou un texte de Carlier...


Renaud
envoyé par sosodarka

Lire la suite...

mercredi 26 mars 2008

Les enfants de la Tombe Issoire

Lire la suite...

Chouette ! Une rétrospective Sardou...

...merci à Gary70 qui m'a fourni l'idée, je connais mal mais il paraît qu'il n'y a rien de tel pour être définitivement grillé avec ce qui se fait de plus hype et canalplussifiant.
Pourtant il a l'air tellement sympa Sardou, je comprends pas...

Zouh, c'est parti !


Là il devient le pote des gay lurons :


Ici il fait ami-ami avec les putes de garde ou les chiennes soumises, je sais jamais... Plaidbackisé par deux filles que ça a pas l'air de déranger plus que ça:


Attention, LA chanson qui fâche, en plus un superbe clip mignontouplin d'une fan qui jure considérablement avec le coté sérieux du texte :



Un test marrant à faire :
prenez un hollywoodolâtre de vos amis, demandez lui si il aime Dirty Harry, attendez la réponse... Et la chanson "je suis pour" de Sardou? Ça n'a rien à voir!
On s'amuse comme on peut...


Depuis cette chanson là, le lobby des branleurs lui en veut à mort:


Mais finalement...

...ça se laisse écouter tout ça.



Lire la suite...

Travailleurs immigrés: vieille arme du patronat français

Lire la suite...

Destins croisés de deux grands résistants

Et déja de partout bien rangés courraient les policiers
Leur petit chef debout au balcon de la honte
Et le peuple à sa botte
Lui remettait les clés, la mémoire est bien courte
Notre France est aux fers

CALI             


Lire la suite...

mardi 25 mars 2008

Un compétent du net nous livre son analyse

"Caroline Le Pen en difficulté à Hénin-Beaumont

Caroline Le Pen ne semble pas en position d'obtenir le mandat de Maire tant espéré lors de sa candidature à Hénin-Beaumont."

Si, vous avez bien lu, vous ne connaissez pas cette fameuse Caroline ? Celle qui s'est tant battue aux cotés de James Brillant, envoyé de Paris pour l'aider à devenir maire de Merlin Baumont pour le compte du FIJ: le front de l'incompétence journalistique

Lire la suite...

Si c'est Libé qui le dit...

(...)Toute la vie politique française a été hypothéquée pendant des années par cette stratégie. «Le danger Le Pen» l'a hantée sans pourtant que Le Pen accède jamais au pouvoir. Un nouveau paysage s'est néanmoins mis en place dont il a été la clé de voûte, les partages se faisant contre lui. La cohabitation qui a caractérisé cette époque fut l'illustration la plus directe de l'anémie et de la tétanie de la vie politique qui en résultèrent. La spirale s'enroulant autour du pôle antifasciste a creusé l'ensemble de la vie politique, réduisant à néant toute différence entre droite et gauche, massifiant et égarant le public, tout en durcissant les extrêmes. Au moins deux générations n'ont rien connu d'autre de la vie publique, au point de ne plus rien comprendre à la réalité.
http://www.liberation.fr/rebonds/254035.FR.php

Lire la suite...

Qui n'a pas son Cheche à 450€ ?

Madame Figaro habille les bobos chics et chocs.






In-dis-pen-sable qu'on vous dit les filles !

Lire la suite...

Un fin littérateur nommé à la tête de la villa médicis

“Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref, “franchouillard” ou cocardier, nous est étranger, voire odieux.”



Pierre Bergé, Georges-Marc Benamou et Bernard-Henri Lévy, dans l’édito du premier numéro de Globe (1985).


Pleure pas la vieille, ce ne sont que de sales yuppies médiatiques.
Allez, pour te consoler, et pour donner des boutons aux cons, un peu de musique:


Lire la suite...

Ah, il était plus fringuant pour faire bombarder les civils serbes par l'OTAN

La Chine se trompe en s'estimant menacée par le dalaï-lama, a déclaré, mardi 25 mars, le ministre des affaires étrangères à l'Assemblée nationale. Sur Europe 1, le député Lionnel Luca, qui est président du groupe d'études sur le Tibet à l'Assemblée nationale, avait accusé Bernard Kouchner de tenir des propos de "collabo" sur le dossier du Tibet, reprochant au ministre de "véhiculer la propagande chinoise".


Lire la suite...

C'est du rap débile, mais eux ils font exprès...



Lire la suite...

Quand la connerie des uns fait le bonheur des autres

La "folie poker" relance l'activité des casinos en France

SOURCE

Les épigones de Patrick Bruel sont donc si nombreux ? Quelle horreur.



Le Poker: une activité idiote et nuisible, presqu'autant que le blogging, c'est dire!

Lire la suite...

Il les lui faut toutes !



Source ici

Lire la suite...

Coût de l'immigration en France





A écouter aussi
"
Le coût de l’immigration-intégration par Yves-Marie Laulan"

>> http://www.canalacademie.com/Le-cout-de-l-immigration.html

Lire la suite...

lundi 24 mars 2008

Euthanasié et bien canné

Une dame de 80 ans a tué son mari de 88 ans à coups de canne dans la nuit de samedi à dimanche, dans leur maison d'Uccle, a annoncé dimanche la VRT. La femme a expliqué qu'elle ne supportait plus de voir l'état de santé de son mari se dégrader.

Selon les dires de cette femme, son mari gisait au sol depuis plusieurs heures sans avoir la force de se relever. Ne supportant plus de le voir dans ce état, la femme lui a asséné des dizaines de coups de canne avant d'aller se coucher. A son réveil, elle a retrouvé le corps de son mari baignant dans une mare de sang. L'octogénaire a été placée sous mandat

SOURCE : http://www.rtlinfo.be/news/article/110372

Elle devrait faire valoir à son procès que, puisque l'état belge donne l'exemple, pourquoi se priver et laisser le soin à d'autres de ce qu'on peut exécuter soi-même?
La méthode est certes artisanale, mais c'est la même démarche et surtout le même résultat.

Encore une sainte moderne, ouelcome dans la haute civilisation du XXIème siècle.

Lire la suite...

France 2, otaku-holocaust et vérification de l'information







Lire la suite...

dimanche 23 mars 2008

Bruni soit qui mal y pense

Encore une vidéo pour le CGB

Lire la suite...

Racisme et sous-culture afrocentriste aux USA

Où vous apprendrez que Mozart, Beethoven et Shakespeare étaient noirs.



reportage intégral du très bien pensant (et patient) Louis :











Lire la suite...

samedi 22 mars 2008

Sport



Depuis qu'il sait qu'on peut faire tomber des records en natation avec un physique de body-builder, Rony Coleman a annoncé officiellement qu'il disputera le 100m nage libre aux JO de Pékin.


Yeah baby !


Lire la suite...

vendredi 21 mars 2008

Cherchez l'erreur :





Héros

-------

Association solidarité Kosovo --> http://www.solidarite-kosovo.com/

-------

Lire la suite...

Reconstitution historique

Lire la suite...

jeudi 20 mars 2008

Euthanasiez-moi ! Vite, je n'en puis plus ! Je souffre trop !

(..)Bien plus naïf est encore celui qui prétend que ne pas naître est un bien et que la vie est un mal. Par exemple, celui qui dit : "Et quand on est né, franchir au plus tôt les portes de l’Hadès." Car si l’on dit cela avec conviction, pourquoi ne pas se suicider ? C’est une solution toujours facile à prendre, si on la désire si violemment. Et si l’on dit cela par plaisanterie, on se montre frivole sur une question qui ne l’est pas.

Lettre à Ménecée, Epicure


Traduction : suicide-toi et arrête de nous les briser menu !

Lire la suite...

mercredi 19 mars 2008

L'art et la vie de Benvenuto Cellini


Tout dans cette œuvre d'art hérissera le "contemporain" : la perfection de la technique, la modestie du format, le mélange de l'objet usuel et du chef d'œuvre etc..
Personne n'a encore classé Benvenuto comme "artisan", il est à parier que ça viendra...

Lisez les Mémoires de Benvenuto Cellini. traduit de l'italien par léopold leclanché.
Vous verrez, ce charmant garçon est un horrible individu. Raison de plus pour l'aimer.


Lire la suite...

Hommage à Philippe Muray










envoyé par prince_de_conde



Lire la suite...

Les lettres de la marquise

(...) La liberté exige d'avoir le sens des responsabilités, tout comme la transparence exige l'honnêteté, sans quoi, comme le dit Gad Elmaleh (dans La vérité si je mens) : "C'est la porte ouverte à toutes les fenêtres" ! Relisez Beaumarchais : "La calomnie, Monsieur ? Vous ne savez guère ce que vous dédaignez; j'ai vu les plus honnêtes gens près d'en être accablés… elle s'élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au Ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. Qui diable y résisterait ?" Réponse : les journalistes. Les vrais.

La marquise de la République dans li Monde... Elle source Gad el Malé mais pas Beaumarchais, on a les priorités qu'on peut... Et puis, Google ne peut pas tout...
Alors, la vérité, elle ment ?


Euuuh... Non, non...

Lire la suite...

mardi 18 mars 2008

R.E.P. Arthur


Arthur C. Clarke est mort.

pourquoi REP et pas RIP ?
Parce que ça fait plus militaire...

Lire la suite...

lundi 17 mars 2008

Où sont les armes ?

Avec leurs gestes plein de charme



BONUS : "Brulage de carner" (le fameux "carner de korespondanse")



Lire la suite...

Simone, comment on fait les bébés ?




Au boulot tas de feignasses!
Comment ça? C'est déjà fait...
Et vous pleurnichez encore, bienheureuses travailleuses?
Vous attendez plus de la vie?
Vous voulez des enfants?!?!
Beurk!
Au boulot!!!!


_ Allo, Fouresta? Fioneta? Prochouwa?
Ici Laurence, oui Laurence la super-patronne, venez-vite, on arrive plus à les tenir! Elles veulent des gosses ces feignasses!
_ Serrez la vis ! Après 35 ans elles seront à moitié cuites de toutes façons! Alors, si les parents, "qui sont de nos idées", les ont bien tenues à l'œil... Vous prenez le relai et l'affaire est dans le sac... Ils faut les aider à faire le bon chouwa...
_ Nous sommes là pour ça.

Lire la suite...

dimanche 16 mars 2008

Éthologie : observons le shaman à casquette en communication avec les esprits




Les petits branleurs ont piqués les herbes mystiques du grand sachem pour se défoncer un peu plus le samedi soir... Dès fois qu'il resterait encore un neurone vaillant sous la casquette.


_ Vazy, arrête, tu me fais bader là, c'est trop coool le trip à la salva machinorum! C'est trop déliiiire! Regarde, chuis un indien!

Comme se sont de bons petits consommateurs boulimiques, on peut parier qu'ils ne se contenteront pas de communiquer avec les esprits seulement les jours d'équinoxe.
Tant mieux, que le grand Nanabozo finisse de leur croquer le cerveau.

Lire la suite...

samedi 15 mars 2008

Nouveau sondage !

Là eud'sous plus bas.

Lire la suite...

Ce soir je serai le plus bobo pour aller danser!

Parmi ces trois clips :







SAEZ


BENABAR


CALI


Lequel était le plus GBBP (gentil bobo bien pensant)?


SAEZ: 32 voix
BENABAR: 15 voix
CALI: 30 voix
Fasciiiiste! : 23 voix (j'en tremble encore !)



Jusqu'au dernier jour, Cali et Saez se sont tirés la bourre...
Benabar victime de discrimination ? C'est son nom qui vous plait pas ?

Lire la suite...

vendredi 14 mars 2008

Chuut, le grand homme vous parle




Et je ne sais quel galapiat trouble mon recueillement en se livrant à ce genre d'idiotie choquante et lamentable:


Pardon Jean-Louis, il ne savent pas ce qu'ils font


J'ai honte, d'autant plus que je suis tout à fait d'accord avec ses positions sur le théâtre menacé par les branchouilles coprophages qui "s'enculent" sur scène, pour faire une citation debraldienne...







Lire la suite...

Kosovo sur RBN radio

Avec une petite digression assez réjouissante sur les victoires de la musique avant d'aborder le sujet principal...



-------

Association solidarité Kosovo --> http://www.solidarite-kosovo.com/

-------

Lire la suite...

Rap Français



Chanson de l'ancienne génération à la nouvelle, dans laquelle ils se foutent du racisme anti-gouaiiire, de la pleurniche, des faux gangsters, des textes bidons etc...
Le rap français actuel quoi.

Un autre morceau, plein de dignité :


Lire la suite...

Crême de gaucho sauce maso



Ca mérite la médaille de l'ordre du grand con d'or de la chanson ça...

Lire la suite...

jeudi 13 mars 2008

Aujourd'hui je vous offre :








Lire la suite...

mercredi 12 mars 2008

Razzy le maudit

Des news de Fubu Boy... La brillante réussite du "candidat de la diversité" s'est concrétisée dans les urnes.

Mme Terrade a de son côté imputé l'échec de la fusion à M. Hammadi, qui "se voyait chef de file" et s'est montré "mauvais perdant". La candidature de M. Hammadi, imposée par la direction nationale du PS au titre de la "diversité", avait divisé les socialistes locaux, qui se sont finalement portés candidats sur les trois listes de gauche en présence

Une belle carrière dans la Pub s'ouvre à lui !
Pourtant il avait le soutient de Renaud, venu à Orly depuis Londres en 4x4 !

Résistannnceuuuu !


"Je reste sur Orly, je m'y engage." Ha... Bon... Déjà indéboulonnable... Tant pis, la pub se sera pour le prochain coup...
De Trafalgar.



Addendum : une seule explication à son échec --> le RACISME !
C'est ce qui nous guette avec cette mode des "candidats de la diversité" parachutés. Quand on n'a pas d'argument politiques, il reste toujours la victimisation, le chantage au racisme... L'émotionnel... Il en pleurniche.

Comme c'est pratique ! A tous les coups l'on gagne !


C'est moche un mec qui chouine, surtout pour un truc pareil, on dirait une étudiante fayote qui vient de foirer son partiel.
Bouhouhouhouh, le prof il m'a saquéheuuuu !

Lire la suite...

Folies d'Espagne - Marin Marais, Sophie Watillon



16 minutes... Prendre-ça comme un remède au zapping imbécile, se caler dans un bon fauteuil, éloigner sa souris, savourer jusqu'au final particulièrement énergique.
_____________________________________________________________________________
Hommage à l'interprète, Sophie Watillon, décédée le 31 août 2005 à 39 ans.



Voici le disque dont est tiré ce morceau, "Les Folies d'Espagne", suite en ré mineur des Pièces de violes; Deuxième livre, 1701 :




_____________________________________________________________________________

Lire la suite...

Affaire Camus

Si vous ne connaissez pas, allez lire ceci:http://pagesperso-orange.fr/renaud.camus/corbeaux/corbeaux.html









Lire la suite...

Fils de...

Retire cette perruque ridicule Zébulon !!





Lire la suite...

mardi 11 mars 2008

Un prince Albert... ça fait mal

Film de José Giovanni réalisé d'après le livre Les égouts du paradis.


Francis Oyster n'est pas seulement un immense âcteur, c'est aussi un excellent cômédien!

Lire la suite...

lundi 10 mars 2008

The last Gaulliste

A une sacrée gaule...


Lire la suite...

Changeons les élections !

Une idée ?

Lire la suite...

Chasse au "raciste"




"Ca pue" comme dit Yassine, en effet... Pas le fromage, ni le gaulois, juste la grosse connerie du "mutin de Panurge"(un poil raciste lui-même, mais il a le droit c'est un "gentil").

La parole à Philippe Murray :


A quand remonte, selon vous, ce basculement qui a vu triompher sur la scène médiatique ceux que vous appelez les « mutins de Panurge » ?

Sans doute du milieu des années 80, quand Mitterrand et ses sbires ont sorti de leur manche SOS Racisme. Je me souviens d'avoir assisté au premier concert de SOS Racisme, je crois que c'était en 1985, sur la place de la Concorde. Je sentais bien que quelque chose d'important se produisait alors, et pas du tout dans le sens où la chose était unanimement chantée. C'est d'ailleurs pour cette raison que je m'étais déplacé. Là aussi, là déjà, il s'agissait d'un oui conçu comme un monde sans non : car il n'y a pas d'antagonisme à l'antiracisme. Qui serait assez écœurant pour se dire raciste ? Même Le Pen tergiverse à ce sujet. La montée en extase, collective et sociale, de l'antiracisme est probablement, en France, le premier phénomène de cette longue série d'évènements modernes, donc sans alternative, sans opposition avouable et même viable, sans contraire, et pour ainsi dire sans ombre, dont il convient de prendre la mesure non pas pour en faire l'histoire mais pour les pousser plus loin, les démesurer afin, encore une fois, de les faire voir. C'est quand s'élabore une « lutte » où le combattant héroïque de la Juste Cause représente 90 % de la population, et où l'adversaire abject se tait et se terre, qu'apparaît dans sa gloire comique et épique cette figure essentielle et totalement inédite de la modernité qu'est le mutin de Panurge.

Lire la suite...

On égorge gratis... et en famille !

Lire la suite...

LIbéral-LIbertaire attitude d'un BOurgeois-BOhème

Serge July, le libéralisme est son ami.

Lire la suite...

Ca ne vaut pas Abdel Malik... mais on s'en accommodera


Lu par Jean Claude Pascal

Du temps que j’étais écolier,
Je restais un soir à veiller
Dans notre salle solitaire.
Devant ma table vint s’asseoir
Un pauvre enfant vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Son visage était triste et beau :
A la lueur de mon flambeau,
Dans mon livre ouvert il vint lire.
Il pencha son front sur sa main,
Et resta jusqu’au lendemain,
Pensif, avec un doux sourire.

Comme j’allais avoir quinze ans
Je marchais un jour, à pas lents,
Dans un bois, sur une bruyère.
Au pied d’un arbre vint s’asseoir
Un jeune homme vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Je lui demandai mon chemin ;
Il tenait un luth d’une main,
De l’autre un bouquet d’églantine.
Il me fit un salut d’ami,
Et, se détournant à demi,
Me montra du doigt la colline.

A l’âge où l’on croit à l’amour,
J’étais seul dans ma chambre un jour,
Pleurant ma première misère.
Au coin de mon feu vint s’asseoir
Un étranger vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Il était morne et soucieux ;
D’une main il montrait les cieux,
Et de l’autre il tenait un glaive.
De ma peine il semblait souffrir,
Mais il ne poussa qu’un soupir,
Et s’évanouit comme un rêve.

A l’âge où l’on est libertin,
Pour boire un toast en un festin,
Un jour je soulevais mon verre.
En face de moi vint s’asseoir
Un convive vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Il secouait sous son manteau
Un haillon de pourpre en lambeau,
Sur sa tête un myrte stérile.
Son bras maigre cherchait le mien,
Et mon verre, en touchant le sien,
Se brisa dans ma main débile.

Un an après, il était nuit ;
J’étais à genoux près du lit
Où venait de mourir mon père.
Au chevet du lit vint s’asseoir
Un orphelin vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Ses yeux étaient noyés de pleurs ;
Comme les anges de douleurs,
Il était couronné d’épine ;
Son luth à terre était gisant,
Sa pourpre de couleur de sang,
Et son glaive dans sa poitrine.

Je m’en suis si bien souvenu,
Que je l’ai toujours reconnu
A tous les instants de ma vie.
C’est une étrange vision,
Et cependant, ange ou démon,
J’ai vu partout cette ombre amie.

Lorsque plus tard, las de souffrir,
Pour renaître ou pour en finir,
J’ai voulu m’exiler de France ;
Lorsqu’impatient de marcher,
J’ai voulu partir, et chercher
Les vestiges d’une espérance ;

A Pise, au pied de l’Apennin ;
A Cologne, en face du Rhin ;
A Nice, au penchant des vallées ;
A Florence, au fond des palais ;
A Brigues, dans les vieux chalets ;
Au sein des Alpes désolées ;

A Gênes, sous les citronniers ;
A Vevey, sous les verts pommiers ;
Au Havre, devant l’Atlantique ;
A Venise, à l’affreux Lido,
Où vient sur l’herbe d’un tombeau
Mourir la pâle Adriatique ;

Partout où, sous ces vastes cieux,
J’ai lassé mon cœur et mes yeux,
Saignant d’une éternelle plaie ;
Partout où le boiteux Ennui,
Traînant ma fatigue après lui,
M’a promené sur une claie ;

Partout où, sans cesse altéré
De la soif d’un monde ignoré,
J’ai suivi l’ombre de mes songes ;
Partout où, sans avoir vécu,
J’ai revu ce que j’avais vu,
La face humaine et ses mensonges ;

Partout où, le long des chemins,
J’ai posé mon front dans mes mains,
Et sangloté comme une femme ;
Partout où j’ai, comme un mouton,
Qui laisse sa laine au buisson,
Senti se dénuder mon âme ;

Partout où j’ai voulu dormir,
Partout où j’ai voulu mourir,
Partout où j’ai touché la terre,
Sur ma route est venu s’asseoir
Un malheureux vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

Qui donc es-tu, toi que dans cette vie
Je vois toujours sur mon chemin ?
Je ne puis croire, à ta mélancolie,
Que tu sois mon mauvais Destin.
Ton doux sourire a trop de patience,
Tes larmes ont trop de pitié.
En te voyant, j’aime la Providence.
Ta douleur même est sœur de ma souffrance ;
Elle ressemble à l’Amitié.

Qui donc es-tu ? ─ Tu n’es pas mon bon ange,
Jamais tu ne viens m’avertir.
Tu vois mes maux (c’est une chose étrange !)
Et tu me regardes souffrir.
Depuis vingt ans tu marches dans ma voie,
Et je ne saurais t’appeler.
Qui donc es-tu, si c’est Dieu qui t’envoie ?
Tu me souris sans partager ma joie,
Tu me plains sans me consoler !

Ce soir encor je t’ai vu m’apparaître.
C’était par une triste nuit.
L’aile des vents battait à ma fenêtre ;
J’étais seul, courbé sur mon lit.
J’y regardais une place chérie,
Tiède encor d’un baiser brûlant ;
Et je songeais comme la femme oublie,
Et je sentais un lambeau de ma vie
Qui se déchirait lentement.

Je rassemblais des lettres de la veille,
Des cheveux, des débris d’amour.
Tout ce passé me criait à l’oreille
Ses éternels serments d’un jour.
Je contemplais ces reliques sacrées,
Qui me faisaient trembler la main :
Larmes du cœur par le cœur dévorées,
Et que les yeux qui les avaient pleurées
Ne reconnaîtront plus demain !

J’enveloppais dans un morceau de bure
Ces ruines des jours heureux.
Je me disais qu’ici-bas ce qui dure,
C’est une mèche de cheveux.
Comme un plongeur dans une mer profonde,
Je me perdais dans tant d’oubli.
De tous côtés j’y retournais la sonde,
Et je pleurais, seul, loin des yeux du monde,
Mon pauvre amour enseveli.

J’allais poser le sceau de cire noire
Sur ce fragile et cher trésor.
J’allais le rendre, et, n’y pouvant pas croire,
En pleurant j’en doutais encor.
Ah ! faible femme, orgueilleuse insensée,
Malgré toi, tu t’en souviendras !
Pourquoi, grand Dieu ! mentir à sa pensée ?
Pourquoi ces pleurs, cette gorge oppressée,
Ces sanglots, si tu n’aimais pas ?

Oui, tu languis, tu souffres, et tu pleures ;
Mais ta chimère est entre nous.
Eh bien ! adieu ! Vous compterez les heures
Qui me sépareront de vous.
Partez, partez, et dans ce cœur de glace
Emportez l’orgueil satisfait.
Je sens encor le mien jeune et vivace,
Et bien des maux pourront y trouver place
Sur le mal que vous m’avez fait.

Partez, partez ! la Nature immortelle
N’a pas tout voulu vous donner.
Ah ! pauvre enfant, qui voulez être belle,
Et ne savez pas pardonner !
Allez, allez, suivez la destinée ;
Qui vous perd n’a pas tout perdu.
Jetez au vent notre amour consumée ; -
Eternel Dieu ! toi que j’ai tant aimée,
Si tu pars, pourquoi m’aimes-tu ?

Mais tout à coup j’ai vu dans la nuit sombre
Une forme glisser sans bruit.
Sur mon rideau j’ai vu passer une ombre ;
Elle vient s’asseoir sur mon lit.
Qui donc es-tu, morne et pâle visage,
Sombre portrait vêtu de noir ?
Que me veux-tu, triste oiseau de passage ?
Est-ce un vain rêve ? est-ce ma propre image
Que j’aperçois dans ce miroir ?

Qui donc es-tu, spectre de ma jeunesse,
Pèlerin que rien n’a lassé ?
Dis-moi pourquoi je te trouve sans cesse
Assis dans l’ombre où j’ai passé.
Qui donc es-tu, visiteur solitaire,
Hôte assidu de mes douleurs ?
Qu’as-tu donc fait pour me suivre sur terre ?
Qui donc es-tu, qui donc es-tu, mon frère,
Qui n’apparais qu’au jour des pleurs ?


- Ami, notre père est le tien.
Je ne suis ni l’ange gardien,
Ni le mauvais destin des hommes.
Ceux que j’aime, je ne sais pas
De quel côté s’en vont leurs pas
Sur ce peu de fange où nous sommes.

Je ne suis ni dieu ni démon,
Et tu m’as nommé par mon nom
Quand tu m’as appelé ton frère ;
Où tu vas, j’y serai toujours,
Jusques au dernier de tes jours,
Où j’irai m’asseoir sur ta pierre.

Le ciel m’a confié ton cœur.
Quand tu seras dans la douleur,
Viens à moi sans inquiétude.
Je te suivrai sur le chemin ;
Mais je ne puis toucher ta main,
Ami, je suis la Solitude.

Lire la suite...

dimanche 9 mars 2008

Pourquoi veut-on faire des "Arabes" des "Musulmans" ?

Bon, ce blog devient trop consensuel (sisi!), il faut que je retrouve ma ligne directrice : me faire des ennemis 2.0 !
Se faire détester des "MTaRace" tient...
En évoquant le souvenir d'un bon copain.

Laissez-moi vous racontez mon jeune temps et une belle histoire façon Licra.
Je suis arrivé à Paris puis en banlieue à 8 ans. J'ai suivi toute ma scolarité à l'école publique.
La mixité sociale existait dans les écoles que j'ai fréquenté, la mixité ethnique aussi. Le collège était à l'image du pays, minorités visibles, invisibles et petits blancs majoritaires.
J'avais pas mal d'amis, un de mes copains c'était Mounhir, d'origine "arabe" ("Beur" c'était dans les séries de TF1 et les cénacles parisiens).
"Arabe"... C'est à dire pour nous, à l'époque, une vague origine bronzée et indéterminée, absolument pas scientifique. Ça commençait au Maghreb pour échouer sur les pentes de l'Himalaya en passant par l'Iran, nous étions de jeunes ignorants...
Je ne lui ai jamais demandé des précisions sur l'origine de son père, je m'en foutais, et lui n'a jamais cru bon de me préciser fièrement qu'il était de Tunis ou de Zanzibar. Nous passions beaucoup de temps ensemble, même quand nous aurions dû être en cours. Nous n'étions pas des voyous, ni même de mauvais élèves, juste de jeunes gens qui faisaient parfois la pause comptoir. On buvait des Pelforth brunes, Mounhir était mon prof de baby-foot et moi son prof de flipper...
Je ne l'ai jamais traité de "sale arabe", même pour me marrer, et lui n'aurait jamais eu l'idée saugrenue de me traiter de "sale français"...

Pourquoi j'écris ces souvenirs de potache ?

C'est parce que jamais, mais alors oh grand jamais, je ne l'ai considéré comme un "musulman", car il ne l'était pas !
Le "multiculturalisme" était loin... Très loin...

Que s'est-il passé ?

J'ai une vague idée, afflux massif d'immigrés, point de rupture, terreur verte, quartiers balkanisés... Pas seulement... Il y a une volonté politique. J'ai vu le nabot parler de "préfet musulman", remettre le sort des "arabes" entre les mains des barbus de l'UOIF, j'ai lu le livre de Jacques Alain Léger, Tartuffe fait ramadan, il jetait là un beau pavé dans la mare, ce vieux dégoutant...
Fini les "arabes", faites passer le message : tous "musulmans".
D'ailleurs c'est raciste de dire "arabe", "musulman" c'est plus respectueux...
Tu parles...

Ce soir je sais pas pourquoi, je pensais à ce pote d'enfance, perdu de vue après le bac...
Je me dis que lui aussi est devenu "musulman" malgré lui, victime de la répugnante appétence à la bigoterie d'une élite imbécile. Sans parler du politiquement correct des SOS racistes.
Rattrapé par une religion dont on peut volontiers se passer, il y arrivait très bien, il doit être le premier surpris... Attaché d'office à cette "Oumma" dont il n'avait rien a foutre.
Si ça se trouve, il bouffe halal maintenant et boit du jus d'orange... Peut-être par peur de la police communautaire.... Ou alors, il emmerde le monde en sifflant des bières dans un troquet, les jours de ramdam...

Pour la jeune génération, la question ne se pose plus... Ils sont "musulmans"...

Triste époque, je vais me pager....


En espérant avoir eu l'heur de vous déplaire très chers lecteurs.



Lire la suite...

Pipologie sondagière



Les sondages, montage méchant :
ces messieurs se réclament de la science tout en publiant dans des revues de marketing (LA technique empirique par excellence), il sortent en outre de science-po, école qui n'a jamais formé de scientifiques, mais des gens possédant une vaste culture superficielle et pouvant parler de tout sans même connaître le sujet (qui a dit des manipulateurs ???).

Toujours invités par des journalistes (qui ont aussi fait science-po), alors que ces journalistes font eux-même parti des clients de ces instituts de sondage - ce qui leur permet de faire un travail minimum passant de l'investigation au commentaire sondagié -.
Bref, peu de chance de voir un jour un vrai scientifique dans un débat télévisuel pour apporter la contradiction à tout ce joli monde et à leur "méthodes de redressement" qui se transmettent d'oreille de politologue à oreille de politologue.

Les politologues prétendent faire progresser la démocratie et rappellent que les instituts de sondage n'existent pas dans les régimes totalitaires. Or, la démocratie est sans doute moins menacée aujourd'hui par le totalitarisme que les politologues invoquent comme un épouvantail que par la démagogie et le cynisme que la pratique des sondages encourage par contre très directement.

Patrick Champagne ; Faire l'opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Éditions de Minuit, 1990.

---------------------

Il faut avoir parlé ou pris des cours avec un "Mr sondage" d'un parti politique pour savoir à quel point ils finissent vraiment par croire en leur omniscience et à la scientificité de leurs méthodes..

Lire la suite...

samedi 8 mars 2008

Sarkozy, la France a peur


La diabolisation ne cessera-t-elle donc jamais !
_____________________________________________

Kroulik, douze ans d'âge mental.

Lire la suite...

Good vibrations




Elle va en avoir des trucs à raconter cette poutre...
Ah, "l'odeur du paradis"...





Lire la suite...

Aaah, si Sarko l'avait connu...



Il serait au moins chevalier des Arts et lettres !

Lire la suite...

Accomodements... Et puis quoi encore ?





Lire la suite...

De la poésie du jazz et un peu de Hip & hop



Par Rocé.
Comme quoi, le hip & hop peu parfois arriver à s'extraire de sa crasse victimaire, sa niaiserie gangster et sa haine communautaire.
Une des chansons les mieux écrites que j'ai pu entendre en ces temps de "crise du disque".

Lire la suite...

Dernier domicile connu


Séquence tirée du film de José Giovanni Dernier Domicile Connu, passée en noir et blanc avec ajout du générique, une musique de François de Roubaix qu'on n'oublie pas.



Lire la suite...

vendredi 7 mars 2008

Omar Bongo : un patrimoine aux Gabonnais absents


GABON - Fâché contre un reportage de France 2 sur son patrimoine immobilier : Le Président Bongo menace d’expulser des Français

Libreville proteste contre un reportage de la chaîne de télévision française France 2 sur le patrimoine immobilier du Président Bongo et pourrait expulser 500 à 1000 Français «en situation irrégulière», selon les autorités gabonaises.
(...)
Trente-trois appartements ou maisons, dont un hôtel particulier de 18 millions d’euros à Paris, soit 11,790 milliards de francs Cfa, pour une valeur totale de 150 millions d’euros, soit 98,250 milliards de francs Cfa, voitures de luxe, etc. : la famille de Omar Bongo (15 000 euros de salaire officiel, soit 9,825 millions de francs Cfa) est dans la ligne de mire de l’équipe de télévision, comme elle l’était ces derniers mois d’une enquête de police. Une plainte avait, en effet, été déposée en juin 2007 par trois associations françaises pour «recel de détournement d’argent public».
(...)

Lire la suite...

Le hijab, un vétement séminal

La preuve ?


La collection sur http://www.ahiida.com/ entièrement réalisée en toile de "jute"


Woody Allen déguisé en spermatozoïde dans son film Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander




(Dédicacé à Bondébile)

Lire la suite...