Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

lundi 16 mars 2009

Une bonne petite guerre civile

Le cauchemar de la société individualiste…

…sera peut-être l’individu.




La vieille tuilerie tombait en ruine. Martin avait fait 600km depuis la région parisienne pour venir ici. Il claqua la porte de sa voiture, ça sentait bon la terre glaise et les feuilles mortes. Le terrain appartenait encore à son père. Il avait garé la bagnole au pied du chemin forestier, la tuilerie était construite au plus près de l’argile. Il s’enfonça dans la forêt.

Une de celles qu’on avait un temps appelées maquis… Le temps de se cacher. Son grand-père avait eu peur dans ces bois, il avait terrorisé aussi… C’était le temps d’hier, le sale temps des patriotes… Crise, conjoncture, restructuration… Mon cul ! Délocalisé, variabilisé, ajusté, meulé, taraudé, fliqué, administraté, fileté… Enculés!… Et son gamin… Cinq ans d’études… Cinq ans… On avait dit à son fils: Développez votre réseau ! Pour réussir sur le marché du travail il faut avoir un bon réseau. Vous ne faites pas partie d'une minorité discriminée par hasard? Esprit mafieux! Clanique. Passe-droits, réseaux, mélanine, piston, turluttes… ça va chier… L’acide battait à ses tempes… Le môme habitait à présent à 12000km d’ici, reconnecté sur l’étranger, déraciné, mercenaire... Il ne le reverrait plus, ou si peu… Pense à sa carrière Martin… Il poussa une planche qui barrait l’entrée et pénétra dans l’obscurité de la tuilerie. Sa femme avait refait sa vie comme ils disent... Tu parles! Elle a quitté le navire comme un cancrelat, oui! Il avait longtemps continué à l’aimer cette pute… Mais plus maintenant… Il s’avança dans l’ancienne usine, il avait décidé de faire quelque chose… « Be YOURSELF » vantait la pub… Il devait s’échapper… Les maquisards du passé ne viendraient pas le chercher… C’est le temps du SOI, Martin… Justification de tous les égoïsmes, de toutes les trahisons… Dans sa banlieue rouge, les combattants de la légende s’étaient changés en notables à gros ventres, ils avaient pris le pouvoir et installé leurs protégés… Tyranneaux clientélistes, carnassiers démagos… Martin avait jeté son téléphone portable dans un étang grumeleux. Un lac d’après les panneaux… En vérité la fosse septique d’un parc à cons… Enfin d’une « base de loisirs »… Il alluma sa lampe torche... Vous allez le sentir passer mon temps de loisir, je vais le maximiser, z'allez voir ça... Les vieilles machines de son souvenir étaient toujours là. Eteintes depuis des lustres… Les tuileries à taille humaine s’étaient faites bouffer par les grosses… Nous allons vous rationaliser Martin! Sur un tapis roulant déglingué, il restait encore quelques tuiles de terre glaise prêtes à être enfournées… Martin se dirigea vers un des deux foyers que les anciens avaient construits… Au décès du grand-père, avant même de déclarer sa mort en mairie, il avait aidé son père à y aménager une cache… Ils y avaient déménagé la caisse pleine d’armes cachée sous le lit du cadavre… C’était la dernière volonté de l’ancien, son héritage de violence… Des armes grisâtres, entourées d’une toile graisseuse… Elles avaient échappé à ce salaud de De Gaulle, pas question de les filer au traître de Mitterand … D’ailleurs, qui avait conduit Martin dans cette forêt sinon l’héroïque pépé ?


La nuit dernière, après que Martin se soit endormi dans son lit en carton bouilli Kikéa, il s'était mis à rêver... Cauchemar technicolor… Il avait vu le maquisard se tordre de douleur aux mains de l’Ennemi… Et il n’avait plus la tronche du milicien, l’Ennemi… Oh, que non… L’un d’eux avait la gueule d’une DRH qui causait pas Français... La même qui avait licencié Martin il y a dix ans… Ine inegliche plize… Froide salope zélée... Elle fouettait le vieux soldat aux fils électriques… Avec acharnement, en se marrant… YEAH ! Un autre avait le visage du présentateur de télévision préféré du pouvoir, celui qui pouvait dire, l’œil égrillard, que la valeur travail est remise à l’honneur, le gouvernement a décidé de poursuivre sur la voie des réformes : les plus de 60 ans devront désormais s’acquitter de travaux citoyens d’intérêt généreux si ils veulent toucher leurs tickets de pain… Quant au chef, il ressemblait à un croisement entre la ministre de l’économie et le président de la commission européenne… Si pâle… Il hurlait aux oreilles du supplicié : Tu l’as dans le cul le vieux! Vous avez perdu! Perdu! Ton fils et ton petit-fils nous appartiennent! Nous allons vous spéculer! Vous flexibiliser à donf! Il avait du sang qui lui coulait de la bouche… ON VA RENDRE LE MONDE FLEXIBLE! Zoom infini sur gueule avide…


Voilà Martin réveillé en sursaut, réveillé pour de bon.


Génération pan-pan

La caisse s’était sûrement remplie d’eau, les armes étaient noyées, rouillées, les munitions foutues… Ils auraient dû les planquer ailleurs avec son dabe… Martin ne fera pas de conneries, il se contentera de se faire houspiller, comme un gosse, par un maton estampillé pôlemploi... Humilié pour avoir loupé son rendez-vous quotidienIl gratta le sol et ouvrit la caisse. Les armes étaient là, en parfait état… Sous la lumière de sa lampe torche, elles luisaient comme des braises. Martin sourit pour la première fois depuis des années…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Attention, lapin méchant!