Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

mardi 20 octobre 2009

Indécision et carottes cuites

Dehors il fait froid, la cheminée réchauffe le terrier, les p'tits lapins ont formé un cercle:



_ Raconte-nous une histoire tonton Grolapin!

_ Bon, d'accord... écoutez bien les enfants, aujourd'hui je vais vous raconter une histoire vraie.

C'était il y a bien longtemps, j'étais alors un petit lapin de banlieue, j'avais creusé mon terrier près du RER et, en face de chez moi, il y avait une maison. Un de ces pavillons typiquement banlieusard à l'architecture indéfinie... Celui-ci avait un minuscule jardin devant sa porte d'entrée. Un grand pin avait pourtant réussi à y pousser, coincé entre la maison et le mur. Le propriétaire était certainement un peu fou car il s'obstinait à vouloir planter du gazon au pied du conifère. Or, comme vous le savez mes lapinous, rien ne pousse sous un pin, il recouvre le sol d'aiguilles acides.

Cependant, le banlieusard était têtu, il voulait édifier le jardin d'éden autour du résineux. Il avait donc dévalisé les magasins de jardinage, s'était équipé d'un râteau, d'un rouleau, de bidons d'engrais phosphorescents et des plus fines variétés de graines de gazon écossais.

Je le voyais depuis mon terrier, pendant qu'il s'échinait au pied du pin, celui-ci grandissait, grandissait... Il dépassait à présent la maison, déversait de plus en plus d'acidité sur la pelouse galeuse et la couvrait d'une ombre épaisse... pourtant le propriétaire s'acharnait.
Un jour qu'il avait enlevé trois brouettes d'aiguilles, il alla se coucher le cœur lourd. Cette nuit là, c'était la nuit de la grande tempête... Une nuit à faire voler les lapins en escadrille... Je me calfeutrais, le vent hurlait, on entendait des bruits terribles, comme si toute la banlieue s'écroulait...
Au matin je jetais un oeil à l'extérieur et je vis que le pin était tombé sur la maison. Le jardin n'était plus qu'une motte de terre arrachée par les racines du monstre et l'innocent jardinier était mort.

Moralité les enfants: pour avoir un beau jardin, il faut savoir sortir sa hache au bon moment avant de se prendre des pins dans la gueule.

2 commentaires:

  1. C'est très joli, surtout les lapins qui volent en escadrilles.

    RépondreSupprimer
  2. Jusqu'au jour où ce seront les éléphants roses...
    J'aime bien la morale.

    RépondreSupprimer

Attention, lapin méchant!