Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

vendredi 9 octobre 2009

Les errements d'un "conservateur"

Alain Finkielkraut nous avait habitués à une solidarité affective et irrationnelle envers Israël, à des emportements médiatiques contre-productifs... Ceux qui aiment le lire ont souvent été consternés de le voir au bord de l'hystérie sur les plateaux télé... Ce soir je viens de visionner deux vidéos dans lesquelles il contredit radicalement les postures conservatrices prises dans ses écrits.

Que nous dit-il d'un point de vue éthique et morale? Qu'on devrait comprendre et accepter que celui qui a souffert fasse à son tour souffrir... Moi qui ne suis ni philosophe ni psychanalyste, il me semble qu'au contraire, celui qui a souffert, celui qui a été maltraité par d'autres, sait pertinemment ce qu'il fait en maltraitant à son tour son semblable. Quant on a expérimenté l'horreur, on est moralement plus coupable de la reproduire, on porte une responsabilité plus grande, on se doit d'avoir le souci des autres.

En outre, comment peut-il avoir écrit des pages aussi cinglantes et féroces sur la peopolisation de la société, sur la déculturation et prétendre que Polanski fait parti de l'élite culturelle?

L'affaire Polanski est au cœur du système people! Quand on s'appelle Alain Finkielkraut et qu'on sait ce qu'est la culture, on ne compare pas cet entertainer avec PROUST! Même s'il a produit un énième clip pianistique grandiloquent...

Le plus difficile reste d'expliquer les errements du philosophe... J'entends déjà les tenants du complot sioniste me dire que le contempteur de la modernité people fait simplement preuve d'une solidarité tribale qui n'a rien de raisonnable ou de raisonnée.
Que répondre à cela?
Pas grand chose, je pense que ce discours sans retenue, sans précautions, teinté d'inexactitudes et de contradictions va beaucoup apporter à celui de l'antisémitisme.




7 commentaires:

  1. ouais, assez étonnant c'est vrai. autant la position de finkie sur sa détestation du lynchage, de la curée, est respectable, autant l'argumentation de Michaud est impeccable et imparable. Polanski me parait difficilement défendable. il y a sans doute un honneur à défendre un homme seul, mais jusqu'ou?

    (je commente rarement votre blog, mais je le visite régulièrement...)

    RépondreSupprimer
  2. Je dois dire que j’ai été sidéré par son intervention. Reprendre l’argumentation à la Bernard-Heri Léwy ne ressemblait pas trop au personnage qui nous avait sorti des analyses notamment sur l’antiracisme ou l’islamisation très pertinentes.
    Venir nous dire que parce que Polanski eut une vie difficile, qu’il connut le ghetto de Varsovie et que se mère fut déportée, il faudrait avoir plus d’indulgence par rapport à un viol aggravé, est tout bonnement de la malhonnêteté intellectuelle. On peut évoquer tout le malheur du monde de Polanski, ça ne le rend pas inégal par rapport à la justice !
    Que voulez vous à un moment donné, malgré une grande culture générale et un esprit éclairé, le réflexe tribal devient prédominant.
    A quand le tour de Zemmour ?

    RépondreSupprimer
  3. Tentative d'explication (partielle) de son attitude: je pense que son récent cancer, dû selon ses médecins aux nombreuses attaques qu'il a subies notamment sur internet et qu'il a très mal vécues, l'a rendu allergique à toute attaque similaire.
    Son empathie, malheureusement, semble s'appliquer sans discernement... Dommage car c'est une personne pour laquelle j'ai de l'admiration.

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi, et je continuerai à le lire avec plaisir.

    RépondreSupprimer
  5. Et oui, le bon Juif de nos amis du CGB en prend un coup.

    Cela dit moi aussi j'appréciais le plupart de ses interventions même si ça tourne au rabâchage. Il n'a par ailleurs jamais lâché Renaud Camus lors de la campagne dont ce dernier avait fait les frais.

    Mais on se dit qu'il y a quelque chose qui cloche : alors si c'est pas de l'esprit de communauté c'est quoi?

    Aucun de ses arguments ne tient : ressentiment du peuple envers les élites, haine de l'inégalité?! On sent qu'il veut appliquer sa vieille grille d'interprétation qu'il nous ressort à chaque fois.

    Mais là visiblement ça colle pas : c'est l'intéressant de cette affaire. Les lignes de fracture ont bougé : suffit de lire les réaction des lecteurs du Point, Express, le Monde (qui s'est même fendu d'un début d'auto critique).

    A quand le tour de votre petite Malika Sorel?

    RépondreSupprimer
  6. Ca relève de l'antisémitisme, l'hypothèse d'une solidarité tribale qui vient fracasser une belle cohérence du discours sur la modernité ? C'est pas que l'étiquette infâmante m'empêche de digérer mais elle paraît excessive. Alors ne répondez pas à de telles allusions, soit, mais nous serions quelques-uns à être preneurs d'une explication alternative à votre sauce.
    Evidemment, si vous vous en foutez et que constater vous suffit, il suffira de le dire et l'affaire sera close à mes anonymes yeux.

    RépondreSupprimer
  7. Je disais juste que ce n'est pas avec ce genre de comportement schizo qui va battre en brèche les "théories" antisémites.

    RépondreSupprimer

Attention, lapin méchant!