Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

mercredi 7 juillet 2010

Océans: le documentaire animalier qui rend bête

Chirac avait réussi à transformer le musée de l'homme en musée du "bout-de-bois-qu'on-admire-sans-savoir-à-quoi-il-sert".
Jacques Perrin poursuit le mouvement d'abêtissement par l'admiration en inventant le documentaire animalier qui rend bête: Océans sort en DVD.


Ayant eu l'occasion de voir la chose dans un cinéma de quartier, j'ai pu constater que le sauvetage de la planète, c'est l'abandon de l'intelligence et de la curiosité. Parle à mes tripes, ma tête est malade.
Comme au musée du quai Branly, il faut se contenter de voir sans savoir, afin de mieux "sentir"... Ce film est une succession interminable de séquences sous-marine extrêmement belles mais totalement incompréhensibles pour le profane. Pas d'explications, on ne nomme pas ce qu'on voit: faut entrer en pâmoison, se contenter d'hoqueter des "Okcébo! Kcébo! Kcébo!".

Pourtant, dans la salle, les gens ne l'entendent pas de cette oreille, ça s'agite... Les pourrisseurs de planète veulent savoir... Il discutent... Les enfants posent des questions à voix haute:

_ C'est quoi ce poisson papa??
_ Tais-toi fils d'imbécile!

Un rassemblement de requins succède à une partouze de dauphins... Mon voisin dit doctement à sa femme "ça, ce sont des orques" en désignant des baleines franches... On passe dans le même travelling de l'océan Atlantique à un atoll du Pacifique... Les gosses sauront que les phoques s'ébattent au milieu des coraux en bouffant des pingouins.

Moi qui ne suis pas intellectuellement le premier venu... Quasiment ichtyologue pour tout dire - à un ou deux bigorneaux près - j'énumère pour ma charmante voisine le nom des bestioles qui se succèdent à l'écran et dont elle ignorait jusqu'à présent l'existence (c'est une femme après tout).
Un sans faute pour le Kroulik, l'élite se détache du peloton... On n'est pas du genre à confondre la murène des tropiques avec la morue à bosse.. Quand tout à coup apparait un poisson improbable... Et la connasse de voix off de me dire, extatique, que décidément on voit vraiment des choses étranges et étonnantes sous les eaux du merveilleux océan kilébo... MAIS C'EST QUOI CE POISSON BORDEL DE MERDE!

_ Et celui-là, il est bizarre, c'est quoi?
_ Euuuh...

Rien à faire, on passe à la séquence suivante, un accouplement de lièvres de mer... La fille est atrocement déçue, je rentre seul ce soir là... De retour chez moi, Internet ne m'apprendra rien. J'ai envie de noyer Jacques Perrin... De le transformer en pare-battage. Je bois.

Comment le film se termine? Par une leçon de morale évidemment! Jacquot, en compagnie d'un gamin tête à claques, nous supplie de sauver les animaux menacés sous peine de crime contre lèse-générations-futures. Il nous explique que nous n'aurons pas le temps de connaître ces espèces avant qu'elles ne disparaissent...
En tout cas, ce n'est pas avec son clip "best-off" qu'il nous aidera à reconnaître quoi que ce soit. Là où la pensée écologiste passe, la connaissance trépasse, ne reste qu'un désert de sensations et un vieux con qui tient la main d'un mouflet en bavant sur ses godasses.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Attention, lapin méchant!