Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

mardi 29 juin 2010

Le mage de mer de Chine

Lire la suite...

dimanche 27 juin 2010

L'Amérique que j'aime

Lire la suite...

samedi 26 juin 2010

Les @sinautes

Un internaute qui regarde "arrêt sur images" est un "asinaute"... Ok, ok...
En latin, un âne se dit Asinus.
Je dis ça, je dis rien...


Le chef des asinautes (en train de braire)

Lire la suite...

mardi 22 juin 2010

Et la beauté intérieure de l'équipe de France alors?

C'est de la merde?




Allez, zouh, qui passe en premier? Bilal, Bilal ou Bilal?

Lire la suite...

lundi 21 juin 2010

Il urine sur la flamme du Mont Valérien...

...pas grave, nous enverrons Malabar, l'éléphant du zoo de Vincennes, chier dans sa tombe.


La loi de la jungle!

SOURCE

Lire la suite...

samedi 19 juin 2010

Un hommage constant à Francis Weber

Lire la suite...

vendredi 18 juin 2010

Requiem pour un para

Lire la suite...

mercredi 16 juin 2010

Allo la poliSSe?

(de caractères)

Lire la suite...

lundi 14 juin 2010

Rêve de téléspectateur

Lire la suite...

dimanche 13 juin 2010

Marie-Antoinette vue par les ricains

Il faudrait définitivement interdire à ces trépanés de toucher à l'histoire européenne avec leurs gros doigts imbibés de Ketchup - Fussent-ils ceux d'une fille à papa.

Qu'ils retournent nous faire du Batman contre King Kong.


Barbie Versailles

Lire la suite...

samedi 12 juin 2010

La tribu des Débiloss

Cette après-midi, sur arte, une voix-off au bord de l'orgasme nous vanta les coutumes altérrifiantes de la tribu des Débiloss, des bergers consanguins perchés sur une montagne d'Afrique qui se donnent des coups de bâtons sur la tête depuis des milliers d'années (à force, ça esquinte).


Donc, chaque année, les mâles Débiloss organisent une grande fête. Chacun y viendra avec son bâton, sa peau décorée de terre blanche et son pénis... La foule s'amasse, les "règles" du "combat" sont un peu floues... D'ailleurs il n'y en a pas. Certains (les plus malins?) ont des bouts d'armures, d'autres non, ils se cognent dessus comme des sourds en espérant être défigurés d'une cicatrice qui rendra folle d'amour la femelle Débiloss.

Un courageux, parfois, cogne dans le dos des bastonneurs, ou leur tire une balle dans le cul, ça gueule... on ramasse les morts et on recommence l'année d'après .

Ce dont je suis certain c'est que l'ethnologue qui a rédigé le commentaire dithyrambique de fond, est un grand pacifiste à la ville. Un humaniste castré qui condamne le moindre coup de matraque sur le moindre crâne du Débiloss local.
Cet homme en revanche, une fois dans la brousse, admire la violence lointaine, la sauvagerie primitive, les mystères de l'Afwique, les corps musculeux, les membres membrus, les coups de bâtons (merde, je bande!). On ne peut pas juger, vous comprenez, tout est relatif ma bonne dame.
Allez, un coup de Vangelis! Pif! Karmina! Paf! Burana!

"Fooormidââble"


Lire la suite...

La tribu des Débiloss

Il n'y a pas que les merdes de l'art contemporain devant lesquelles on doit systématiquement s'agenouiller... Les mœurs des tribus lointaines doivent, elles aussi, nous émerveiller à coup sûr.

Cette après-midi, sur arte, une voix-off au bord de l'orgasme nous vanta les coutumes altérrifiantes de la tribu des Débiloss, des bergers consanguins perchés sur une montagne d'Afrique qui se donnent des coups de bâtons sur la tête depuis des milliers d'années (à force, ça esquinte).


Donc, chaque année, les mâles Débiloss organisent une grande fête. Chacun y viendra avec son bâton, sa peau décorée de terre blanche et son pénis... La foule s'amasse, les "règles" du "combat" sont un peu floues... D'ailleurs il n'y en a pas. Certains (les plus malins?) ont des bouts d'armures, d'autres non, ils se cognent dessus comme des sourds en espérant être défigurés d'une cicatrice qui rendra folle d'amour la femelle Débiloss.

Un courageux, parfois, cogne dans le dos des bastonneurs, ou leur tire une balle dans le cul, ça gueule... on ramasse les morts et on recommence l'année d'après .

Ce dont je suis certain c'est que l'ethnologue qui a rédigé le commentaire dithyrambique de fond, est un grand pacifiste à la ville. Un humaniste castré qui condamne le moindre coup de matraque sur le moindre crâne du Débiloss local.
Cet homme en revanche, une fois dans la brousse, admire la violence lointaine, la sauvagerie primitive, les mystères de l'Afwique, les corps musculeux, les membres membrus, les coups de bâtons (merde, je bande!). On ne peut pas juger, vous comprenez, tout est relatif ma bonne dame.
Allez, un coup de Vangelis! Pif! Karmina! Paf! Burana!

"Fooormidââble"


Lire la suite...

mercredi 9 juin 2010

Zouh, en Sibérie!

Ca coûte moins cher que Waka:


Lire la suite...

la revanche des naziskimos PD

Le nouveau tube de Lady Zyeux d'Merlanfrit. L'esthétique m'a laissé gaga.

Lire la suite...

mardi 8 juin 2010

Intermède culturel

Pour oublier les vilains salafistes de caniveau qui tendent leurs croupions vers le ciel dans l'espoir de connaître quelques divines dilatations tout en humant le parfum des merdes de chiens... Jetons un coup d'oeil au catalogue du FRAC de Seine-Saint-Denis (département en faillite).

Imaginez-vous de mirifiques œuvres d'art achetées très cher avec l'argent des béotiens qui n'aiment pas l'art contemporain... Imaginez un luxueux catalogue édité avec les sous des mêmes imbéciles... Imprimé, non pas sur papier glacé (ça fait pauvre), mais sur un papier satiné, velouté, d'un grain parfait... Un papier qui vous caresse, un papier de luxe, un papier pour joueur de foot mahométan.

Comble de volupté, ce catalogue a été distribué gracieusement à tout le gratin de la fonction publique...

Allez, ce soir, c'est soirée médiation culturelle (les citations sont rigoureusement exactes et tirées du catalogue):



l'art pourrait tourner en rond sur lui-même



Elle a tiré des clichés vidés de toute présence humaine



Des références aussi bien magistrales qu'harmonieuses, voire pacifiques




Des formes fantastiques où se mêlent séduction et répulsion, robustesse et fragilité, réalité et imaginaire



Ensemble, elles constituent un espace où les couleurs et les formes agissent par comparaison, par confrontation, par réponse



Telle une équation visuelle, chaque dessin additionne et combine plusieurs motifs récurents (...) Dans ses performances, il dénonce les a priori du monde occidental

[NDK: si ça pouvait être vrai... le musée du bout de bois, quai Branly, n'existerait pas *soupir*]


Rechercher l'invisible et la parole perdue



Les figures de Christian Lapie imposent au regard un "être-là" qui bouleverse toute considération contingente



ETC.. Tout, je dis bien tout est du même tonneau. A ceux qui habitent la Seine-Saint-Denis, n'hésitez pas à réclamer à votre conseil général ce catalogue des acquisitions du FRAC. Ils se feront certainement un plaisir de vous l'envoyer.

Lire la suite...

samedi 5 juin 2010

Jihad silencieux

Toute la salafi de banlieue qui débarque à Paris pour un Jihad "soft" sous le regard complaisants des flics de la république. La "culture" selon Delanoué... Ce cirque n'a que trop duré.



Avec l'inévitable commentaire type E&R de l'amateur de soumis virevoltants à barbichettes... qui les trouve si beaux, si aimables, qu'il en laisse son discernement au vestiaire... Enjoy:

Alors là c'est vraiment le pompon, on reconnait souvent les lâches parce qu'ils aiment aboyer avec la meute mais toi dans le genre tu serais plutôt chef de meute. Le pire c'est que tu penses dénoncer un truc dangereux et important pour la France et les français mais tu ne fais que relayer la pensée dominante des médias et des grands pontes de la télé et de la politique que tu aimes tant dénigrer (à juste titre d'ailleurs). En résumé t'es vraiment un tocard de tirer sur ceux qui justement ont le moins les moyens de se défendre. C'est marrant les petites vidéos de racailles dégénérées qui baffent des filles ou les commentaires en franglais kikoulol sur facebook des petits tocards de banlieues mais ton petit manège tourne trop souvent autour d'eux ce qui prouve que t'es pas un rigolo petit subversif mais plutôt un idiot utile du système. T'es un peu comme Sihem Abchi de NPNS ou Dominique Sopo de SOS racisme. T'es du même niveau que les pseudos patriotes qui militent avec des masques de cochons dans un Quick hallal.
Maintenant pour en revenir à la vidéo, on a là des gens qui prient dans la rue parce qu'ils n'ont pas la possibilité de le faire dans un lieu approprié. Ce sont des musulmans et pour informations il y a des musulmans en France depuis plus d'un siècle. Ensuite, la plupart de ceux qui sont en train de prier sont français et par conséquent la tête de nœud qui demande si on est bien en France faut lui expliquer que l'islam est la deuxième religion de ce pays.
Delanoë, est un tocard, cependant il ne s'agit pas de culture ici mais de culte, et en France la moindre des choses c'est de pouvoir exercer son culte de la façon la plus digne, ce qui n'est pas le cas ici vu que les gens sont entassés dans la rue. Enfin, j'ai vu dans cette vidéo des gens calme, humble et qui se soumettent a leur dieu et n'ont pas aux reportages d'Harry Roselmack sur TF1 comme tu le fais. Maintenant si t'as envie de me répondre y'a pas de soucis, par contre je te demanderai juste d'arrêter de te faire passer pour un rigolo subversif un peu méchant alors que tu pourrais tout aussi bien faire des reportages sur TF1.

Va te faire hallaliser ailleurs mon gars, tes pleurniches crocodilesques sur cette caravane de terroristes urbains (soft et civiles donc), répugnants militants militaires en train de se rouler dans la merde de chien, ont bien leur place dans ma rubrique "BIGOT"

Lire la suite...

jeudi 3 juin 2010

Ipad-toi le pod Bozo

Lire la suite...

mercredi 2 juin 2010

Qui a volé, a volé, l'orange de Jaaaaaffaaa?

Où on découvre de la propagande israélienne à faire pâlir d'envie les meilleurs réalisateurs staliniens.

Un story-telling plus balaise encore que celui des couveuses koweïtiennes livrées à la soldatesque saddamique.

L'image romantique des gentils kibboutzim de gauche méchamment écornée.



*roulement de tambour*
Metro Goldwin Israel Meyer prizeïnte, heu siouper-prodoukchöne from Djaffa:







Un documentaire passé étrangement inaperçu...

Lire la suite...