Toi aussi fais rugir le lapin qui est en toi : abonne-toi --> ou ça
AVIS à la population: je ne publie plus un seul commentaire "anonyme"
ça ne coûte pas grand chose de mettre un pseudo dans une case.

La vidéo à grandes oreilles qui te croque le cerveau :

mardi 31 août 2010

Croisement (rediff)

(Je creuse l'ID mérovingienne, et en attendant, j'écoute à nouveau cette interview)

Intéressant d'écouter ceci:







et cela (le premier intervenant ;) :

Radio Courtoisie :: La Pensée unique
émission diffusée le 1er février 2009

A l’occasion de la sortie des Actes du colloque de Renaissance Catholique sur la Pensée unique, Yves-Marie Sévillia et Marie-Amélie de Jaeghere ont invité Michel de Jaeghere, journaliste, écrivain, Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance Catholique, et Olivier Madelin, artiste peintre, à définir ce qu’est la Pensée unique. (1:19:30)


Lire la suite...

lundi 30 août 2010

Ca bouge chez les bubars?

Une tribune d'un prof de philo musulman qui pointe du doigt les aspects les plus débiles de sa religion inventée par un bédouin néolithique.

La lapidation, "preuve extrême de la logique de violence de l'islam"
30.08.10 | 14h56

La monstrueuse condamnation d'une femme à la lapidation par la République islamique d'Iran donne encore une fois de l'islam une image catastrophique, celle d'une religion archaïque, violente et totalitaire. N'essayons pas en effet de dédouaner la religion islamique du meurtre programmé de Sakineh Mohammadi-Ashtiani en soutenant qu'il s'agit d'une décision politique. Le pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad se fonde sur une idéologie reconnue comme celle d'un islam fondamentaliste.

En tant qu'intellectuel musulman, je dois prendre la responsabilité de dire cela haut et fort, en m'insurgeant contre cette sentence de lapidation au nom de la dignité de la personne humaine. Mais je ne saurais m'en tenir à cette indignation. Si en effet la pulsion totalitaire de la religion islamique trouve là l'une de ses expressions les plus inhumaines, il faut y voir simplement l'une des formes les plus radicales d'une logique générale qui a pris, au fil des siècles, le contrôle de la vie spirituelle des musulmans du monde. Hélas !, la religion islamique entière se nourrit de violence.

Prenons l'exemple le plus actuel, celui du mois de ramadan qui s'est ouvert le 11 août. Evidemment, nous paraissons ici au plus loin de l'affaire de la lapidation, et aujourd'hui en France l'on n'entend guère de critiques sur cette pratique du jeûne. Au contraire, s'est installée sur la question une sorte de consensus angélique. Nous aurions là un événement "entré dans la vie et ancré dans le calendrier de la nation" et nos médias semblent incapables de faire autre chose que de célébrer la convivialité, la solidarité, le caractère festif de cette période.

Soit, mais qui soulignera en contrepartie le caractère violent de ce jeûne total exigé de la part de tout pratiquant pubère du matin au soir pendant un mois entier ? De nombreux musulmans éludent la question en prétendant que, pour l'individu qui a la foi et qui est entouré d'autres musulmans solidaires dans leur jeûne, celui-ci est facile.

Comment peut-on avoir l'inconscience de prétendre cela ? Jeûner toute la journée, sans avoir même le droit de boire un peu d'eau, et ce pendant un douzième de l'année, constitue un exercice de privation radical et relève d'un ascétisme religieux de haut niveau que rien ne justifie d'ordonner à l'ensemble d'une communauté. La tradition n'exempte de cet effort supérieur que les malades, les femmes enceintes ou en période de menstruation et les voyageurs.

Mais force reste à la loi totalitaire qui ne reconnaît aucun droit au choix personnel : seul est reconnu comme vrai musulman celui qui jeûne. L'orthodoxie d'institution - les dignitaires - et l'orthodoxie de masse - le corps communautaire - exercent là sur les comportements une double surveillance et censure.

Il n'y a peut-être pas de commune mesure entre la pratique ignoble de la lapidation des femmes et celle du ramadan. Mais il y a entre elles ce rapport que le discernement doit savoir établir entre une radicalité générale et l'un de ses excès les plus extrêmes. Ici et là, ce qui se manifeste est une violence infligée à la personne humaine au nom de la religion. L'islam n'a pas commencé de dénouer le rapport qui unit la violence et le sacré.

Chacune de ses pratiques en porte la marque infamante, à des degrés certes très divers mais toujours repérables. Les cinq prières quotidiennes exigées à heure fixe ? Une violence morale faite au jugement personnel d'un être humain qui pourrait prétendre choisir les moments qu'il veut consacrer à sa vie spirituelle. Le pèlerinage à La Mecque ? Une violence symbolique et politique par laquelle l'islam mondial est maintenu inféodé à la tutelle du wahhabisme saoudien.

Il ne s'agit pas de condamner ces pratiques rituelles - jeûne, prière, pèlerinage - en tant que telles. Elles peuvent offrir un support efficace au besoin éprouvé par tel individu de mener une vie spirituelle (étant bien entendu que celle-ci peut aussi se conduire hors de tout champ religieux).

Mais qu'est-ce que les musulmans attendent pour les déclarer libres ? Contrairement à l'objection courante, cela n'atomiserait pas la communauté, mais la ferait passer de l'état clos de l'uniformité à l'état ouvert de la diversité. Et contrairement à une autre objection, cela ne détruirait pas l'autorité de Dieu, mais obligerait chaque conscience à aller chercher cette voix divine dans sa propre intériorité. Enfin, cela permettrait à l'islam de sortir de sa logique générale de radicalité et de violence dont la sentence de lapidation contre laquelle nous nous insurgeons aujourd'hui n'est qu'un extrême.

Si cette culture religieuse de l'islam ne change pas, elle continuera de se déconsidérer aux yeux du monde. Car de tels excès monstrueux ne peuvent évidemment pas surgir n'importe où et il serait trop facile de les considérer comme des phénomènes n'ayant - selon la formule consacrée par les bien-pensants - "rien à voir avec l'islam". Ils ne sont que la grimace la plus affreuse d'une religion qui passe son temps à se caricaturer elle-même. "Qui bene amat bene castigat", qui aime bien châtie bien.

Lire la suite...

Ca fait toujours du bien par ouskça passe

Lire la suite...

dimanche 29 août 2010

Bébé défenestré à Toulouse, la piste du balconing relancée



Au fait, le balconing, qu'est-ce que c'est?
C'est un art inventé par des touristes anglo-saxon en pleine biture espagnole:


Lire la suite...

2BFree

Dans mon édition de "La métamorphose des cloportes" il y a la photo ci-dessous *clique salope pour l'agrandir*.
Il m'a pris l'envie de la scanner, les midinettes à réaction apprécieront et s'en feront un poster:



Lire la suite...

mardi 24 août 2010

Petite entente entre copains

http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/08/24/emplois-fictifs-accord-en-vue-entre-l-ump-et-la-mairie-de-paris_1402376_823448.html

Emplois fictifs : accord en vue entre l'UMP et la mairie de Paris [UMPS]
24.08.10 | 22h10

Un protocole d'accord engageant l'UMP à reverser les trois quarts de la facture des emplois fictifs qui valent à Jacques Chirac d'être renvoyé en correctionnelle a été signé et devrait être soumis au prochain Conseil de Paris, affirme Le Canard enchaîné à paraître mercredi 25 août.

Contactée par l'AFP, la mairie de Paris a confirmé mardi soir que le protocole serait soumis au vote lors du prochain Conseil de Paris des 27 et 28 septembre ou lors de celui de mi-octobre. Elle a aussi confirmé la somme révélée par l'hebdomadaire satirique : la mairie de Paris récupérera au total 2,2 millions d'euros, dont 1,65 million versés par l'UMP et 550 000 euros par l'ancien président de la République et maire de Paris Jacques Chirac.

2,2 MILLIONS D'EUROS

En octobre 2009, l'ex-chef de l'Etat a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris des chefs de "détournements de fonds publics" et d'"abus de confiance" pour 21 emplois de complaisance présumés payés entre octobre 1992 et mai 1995 par le cabinet du maire de Paris, fauteuil qu'il occupait alors. Le procès où il doit comparaître avec neuf autres prévenus est attendu fin 2010 ou début 2011. Selon Le Canard enchaîné, "la somme (de 2,2 millions d'euros) prend en compte les salaires et les charges des salariés fantômes, les intérêts légaux et les frais d'avocats engagés par l'équipe Delanoë. En échange, la ville retirera sa constitution de partie civile". Ce retrait "permettrait à Chirac de se retrouver sans adversaire ni accusation face au tribunal, puisque le parquet a déjà fait savoir qu'il allait requérir la relaxe", ajoute le journal.

Lire la suite...

Encore une mère courage

Une mère de famille âgée de 44 ans a tué lundi 23 août sa fillette de 8 ans handicapée moteur cérébrale à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) avant de tenter de mettre fin à ses jours. L'enfant a été étranglée après avoir été droguée par médicaments.

Bis repetita placent

Lire la suite...

lundi 23 août 2010

Moche et Joly à la fois, c'est possible!



Attention, Mr Braguette n'est cependant jamais très loin!

Lire la suite...

dimanche 22 août 2010

Un septuagénaire digne

Qui a su mourir sans rendre les coups, sans armes et sans bruits (pas comme l'ignoble Galinier, le tireur fou):

Un septuagénaire est mort après avoir été roué de coups par un homme probablement déséquilibré qui s'était introduit dans son immeuble, samedi dans le XVIIe arrondissement de Paris, selon une source policière.

En fin de journée samedi, «un homme visiblement agité», âgé d'une trentaine d'années, a pénétré dans le bâtiment au moment où une mère et sa fille y entraient. Il les a ensuite suivies jusqu'à l'appartement du père de la femme, venue lui rendre visite, a-t-on indiqué de même source.

L'homme a frappé la victime à coups de pied et de poing «avec une très grande violence» quand elle a ouvert la porte. La fille du septuagénaire a tenté sans succès de s'interposer, tandis que sa fille, âgée d'une douzaine d'années, alertait les voisins qui ont appelé la police.

Lire la suite...

jeudi 19 août 2010

Affaire René Galinier: la justice triomphe du mal!


Il sera pendu demain à l'aube.

Lire la suite...

mercredi 18 août 2010

"Ne dites plus : Monsieur le Professeur, dites : crève salope !" *



*Slogan de 68

Lire la suite...